"Nous ne pouvons que vérifier que cette décision est une décision bien fondée et une décision dans le bon sens", a déclaré à Lusa le chef du banc parlementaire centriste, Telmo Correia.

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a opposé son veto aujourd'hui à la réduction du nombre de débats en plénière pour suivre le processus de construction européenne de six à deux par an, arguant qu'il ne s'agissait pas d'une «solution heureuse».

Dans le message accompagnant le retour du diplôme à l'Assemblée de la République, le chef de l'Etat demande au parlement de «se demander s'il n'est pas, au moins, politiquement plus approprié de prévoir un autre débat en plénière, au milieu de chaque semestre, c'est-à-dire le à travers chaque présidence du Conseil de l'Union européenne ».

Le diplôme a été approuvé, le 23 juillet, avec les votes favorables du PS et du PSD, contre les sièges restants et l'abstention de la députée non inscrite Cristina Rodrigues.

Telmo Correia a souligné aujourd'hui que le veto de Marcelo Rebelo de Sousa «suit le même raisonnement que le CDS-PP, à l'époque, avait l'habitude de voter contre ce même diplôme».

Cependant, le parlementaire a estimé que "cette décision, par rapport à tout ce qui s'est passé au parlement", fait du veto du président de la République "un petit peu un apéritif, un dessert si vous voulez, un dessert sans repas".

«En fait, d'une certaine manière c'est rare, car ce que l'on attendait, et j'ai aussi eu l'occasion de le dire à l'époque, c'est que face à cette réduction du débat démocratique, face à cette énorme attaque qui a été menée par le PS et le PSD à propos de participation démocratique (…) ce serait bien que le président de la République se prononce aussi sur le repas total et pas seulement sur le dessert », a expliqué Telmo Correia, évoquant la modification apportée aux débats avec le Premier ministre, qui passaient de la quinzaine tous les deux mois.

Avec la modification proposée du régime de suivi du processus d'intégration européenne, il y aurait deux débats par an en plénière et le reste se tiendrait en commission parlementaire, à moins que la commission, «pour des raisons exceptionnelles, propose de s'inscrire en plénière "Ou que la" plénière appelle le gouvernement à poursuivre le débat ".

Admettant que l'intention était bonne, le président de la République affirme qu'il doit «reconnaître que la solution trouvée ne semble pas heureuse», ni dans «la perception publique ni dans le temps choisi pour l'introduire» et a opposé son veto au diplôme.

AFE (SF) // SR

Le contenu du CDS salue le veto pour réduire les débats européens mais la décision «dessert sans repas» apparaît en premier dans Visão.