*** Service audio disponible sur www.lusa.pt ***

Lors de l'ouverture du Conseil de concertation sociale sur la présentation du budget rectificatif 2020, le Premier ministre a déclaré que le pays ne resterait pas uniquement dans les mesures d'urgence et l'adaptation aux effets de la crise provoquée par le nouveau coronavirus.

Dans la prochaine phase, qui devrait débuter en octobre avec la présentation du budget de l'État pour 2021, Ulisses Correia e Silva a déclaré que le gouvernement allait débattre d'un programme stratégique de développement durable.

Tenant compte des nouvelles hypothèses internes et externes, et dans le but de mettre le pays dans la nouvelle normalité sanitaire, économique et sociale, le Premier ministre a déclaré que l'agenda comportera une stratégie d'allégement de la dette extérieure, mais mettant en évidence deux composantes.

"Gardant à l'esprit qu'il ne s'agira pas d'une simple demande de remise de dette, mais de la conversion des ressources de la dette extérieure en investissements pouvant contribuer à accroître le niveau de viabilité de l'économie capverdienne", a-t-il montré.

Le Premier ministre a déclaré que ces ressources seront utilisées dans des domaines considérés comme une transformation structurelle et qu'elles seront largement discutées et débattues avec la société capverdienne et avec des partenaires extérieurs.

Le renforcement de la capacité du Cap-Vert à faire face aux situations d'urgence est un autre élément que le chef du gouvernement entend inscrire à ce programme de développement stratégique.

«Nous avons déjà un Fonds national d'urgence, et nous voulons qu'une partie des ressources qui pourraient provenir de l'allégement de la dette soit en mesure de capitaliser sur ce fonds pour faire face à diverses urgences, telles que les chocs économiques, naturels et environnementaux ou les dérivés de pandémie comme celui dans lequel nous nous trouvons. vivre en ce moment », a souligné le Premier ministre.

Mercredi, au Parlement, le Premier ministre a également déclaré que le pays avait l'intention de négocier des subventions avec des partenaires internationaux afin que le pays poursuive la «voie difficile du développement durable».

L'ordre du jour du Conseil de coordination sociale est de présenter le budget rectificatif, qui se concentre sur la relance de l'économie et l'atténuation des effets de la covid-19.

En raison de la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19, le gouvernement capverdien prévoit de présenter ce mois-ci une proposition de modification du budget au Parlement en 2020, qui est basée sur l'endettement public pour financer le fonctionnement de l'État et compenser la perte de revenus.

Jusqu'à l'année prochaine, le gouvernement estime que le poids de la dette publique atteindra 150% du produit intérieur brut.

Selon les comptes provisoires de l'État du premier trimestre 2020, le poids du stock de dette publique au Cap-Vert est passé à 131,5% du produit intérieur brut (PIB) jusqu'en mars.

Au 31 mars 2020, la dette publique du Cap-Vert se composait de 177 342 millions d'escudos (près de 1 600 millions d'euros) de dette extérieure, en hausse de 9,1% par rapport à la même période en 2019, et de 67 027 millions d'escudos (604,3 millions d'euros) de dettes levées en interne, notamment par l'émission de bons du Trésor qui ont augmenté, également sur un an, de 1,6%.

Le Premier ministre a reconnu "la contribution importante" des partenaires sociaux aux mesures de protection de l'emploi, des entreprises et des familles et a estimé qu'il était nécessaire de maintenir "un environnement de paix sociale favorable" pour la mise en œuvre de ces mesures.

«Nous sommes confrontés à une crise percutante et unique, qui nécessite un engagement fort de chacun», a demandé Ulisses Correia e Silva, indiquant que la priorité est de mettre la contamination à de faibles niveaux, afin que le pays puisse vivre avec le virus.

Le Cap-Vert enregistre 1003 cas cumulés de covid-19, dont huit décès, 562 personnes ont été considérées comme guéries, deux patients transférés dans leur pays et le pays compte actuellement 431 cas d'infection active (43%).

La pandémie de Covid-19 a déjà fait près de 484 000 morts et infecté plus de 9,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

RIPE // VM