Alors que les médias grand public du monde entier répètent constamment des allégations sinistres au sujet du «suspect» de Maddie Christian Brückner, son avocat allemand a défié la police de trouver les preuves concrètes qu'elle prétend avoir contre son client.

S'adressant exclusivement à 9News australien, Freidrich Fulscher a fait valoir que «le bureau du procureur doit prouver qu’un suspect a commis un crime».

Il n’appartient pas au suspect de «prouver qu’il ne l’a pas fait».

L'extraordinaire développement de la semaine dernière à Hanovre – où les procureurs sont descendus sur un terrain précédemment fréquenté par Brückner flanqué de matériel de terrassement, de chiens renifleurs et d'agents de police avec des pelles et un radar pénétrant le sol – était «un acte de pur désespoir», destiné à «influencer» l'opinion publique et les «décisions de justice» qui s'en viennent, a déclaré Fulscher (cliquez ici).

Il est certain qu'aucune information de quelque nature que ce soit ne permettant de conclure à la découverte de la preuve incriminante relative à l'affaire Madeleine n'a été trouvée.

Le creusement s'est arrêté presque aussi brusquement qu'il a commencé, et les histoires sont ensuite passées à la possibilité qu'il y ait un corps caché sous une maison sur un deuxième lotissement à proximité.

La «petite maison de jardin» était la maison de Christian Brückner entre 2013 et 2016, selon des informations.

La locataire actuelle était «tellement terrifiée» que le bâtiment pourrait cacher des secrets macabres – plus précisément le corps d'une fille disparue connue sous le nom de Maddie allemande – qu'elle avait pris pour dormir dehors.

Selon Fulscher, «les médias ont décrit mon client comme un monstre».

Mais pour lui, Fulscher, Brückner «est très calme et amical».

Fulscher a souligné que c'était le droit fondamental de son client de garder le silence, quel que soit le type de fureur médiatique généré.

En effet, "vous pourriez commander de l'eau bénite comme long drink en enfer", a-t-il dit, avant que Brückner n'accepte de "coopérer" avec les procureurs allemands.

Sur un autre plan, Christian Brückner espère contester les conditions de son extradition vers l'Allemagne depuis l'Italie pour le viol en 2005 d'un touriste américain à Praia da Luz.

En cas de succès, explique 9News, il pourrait être hors de prison à Kiel – où il purge une peine pour des infractions liées à la drogue – «d'ici quelques semaines».

natasha.donn@algarveresident.com