Le Syndicat des médecins de la zone sud (SMZS) a averti ce lundi 16 mai que l’attaque informatique contre l’hôpital Garcia de Orta « met en danger les soins de santé » pour les usagers et la sécurité des médecins. Le SMZS le justifie par une série d’actes effectués manuellement, valorisant l’erreur médicale et limitant l’accès aux informations « essentielles » pour les soins.

« Le SMZS va rencontrer les médecins de l’hôpital et demande une réponse rapide et efficace de la part du conseil d’administration, du SPMS et du ministère de la santé », avance le syndicat, soulignant que le syndicat « suit avec inquiétude » la situation à l’hôpital. de Orta (HGO), à Almada, après l’attaque informatique de fin avril, où les médecins n’ont pas accès au système informatique, mettant en danger les soins de santé des usagers et la sécurité des professionnels de la santé.

Le syndicat explique que « l’impossibilité d’accéder à internet empêche la création d’agendas cliniques, le paramétrage de données cliniques antérieures, la prescription électronique de médicaments, l’obtention d’arrêts de travail ou la demande d’examens diagnostiques ».

Selon le SMZS, dans la situation actuelle, les médecins n’ont pas accès au processus des usagers, ce qui, souligne-t-il, « potentialise l’erreur médicale ». De plus, il prévient que la visualisation des examens n’est possible que manuellement, sans accès à un paramétrage adéquat des valeurs de référence et obligeant à des déplacements au sein de l’hôpital. « Il y a déjà eu des situations où la prescription manuelle a provoqué des erreurs », souligne-t-il dans un communiqué.

Parallèlement, poursuit le SMZS, l’enregistrement des premières consultations se fait manuellement, sans transfert de ces données dans le dossier clinique numérique des usagers, et les rapports sont transmis via le téléphone portable des médecins, car tous les fax ne sont pas trouver opérationnel.

Le syndicat dénonce que « cette situation a conduit les médecins, les professionnels de santé et les usagers à un grand sentiment d’inquiétude, de découragement et d’insécurité, qui est dû à l’absence de réponse du conseil d’administration, qui s’excuse dans un plan d’urgence qui ne peut tout simplement pas donne la réponse ».

Pour le Syndicat des médecins de la zone Sud, la résolution de cette situation devrait être « une priorité absolue », signalant que sa résolution partielle n’est prévue qu’à l’été et la résolution totale à l’automne – « dans au moins quatre mois ».

« A l’heure où les attaques informatiques contre diverses entreprises et organismes se multiplient, notamment dans le domaine de la santé, il est urgent que la tutelle et les Services Partagés du Ministère de la Santé (SPMS) interviennent afin d’accroître la cybersécurité dans le National. Service de santé.Santé (SNS). La situation est préoccupante car elle montre l’énorme vulnérabilité des systèmes informatiques du SNS », prévient-il.

Face à la situation qu’il qualifie de « chaotique », le SMZS se rend compte qu’il rencontrera les médecins de l’hôpital Garcia de Orta et continuera à répondre, par l’intervention de son service juridique, en conseillant et en soutenant ses membres, qui ont contacté le Syndicat. Simultanément, SMZS demandera une réunion urgente avec le conseil d’administration du HGO.