Un couvre-feu obligatoire le week-end à l'approche de Noël est considéré comme un «coup de pied au visage» pour les secteurs du commerce de détail et de la restauration et pour l'économie portugaise dans son ensemble.

C'est l'avis de l'Association portugaise des centres commerciaux (APCC) et de son président António Sampaio de Mattos qui ont mis en garde contre les «graves conséquences» du couvre-feu sur le commerce et la restauration avec l'interdiction de circulation au cours des deux prochains week-ends.

«Cette mesure de couvre-feu obligatoire le week-end est un coup de pied pour le commerce (de détail) et les restaurants, et pour l'économie portugaise en général», a déclaré Sampaio de Mattos dans un communiqué, soulignant qu'il comprend que la santé publique est la priorité.

L'interdiction de circuler dans la rue à partir de 13 heures pendant les week-ends des 14 et 15 novembre et des 21 et 22 novembre – dans les 121 quartiers jugés les plus à risque de contagion – a été approuvée samedi par le Conseil des ministres et prévoit des exceptions à se rendre au travail (pour ceux qui ne travaillent pas de chez eux), rentrer du travail, situations d'urgence et promener son chien.

L'association se dit très surprise de la mesure gouvernementale et soutient que «les entreprises ne peuvent tout simplement pas faire face aux fermetures forcées» car cela entraîne des pertes importantes, du chômage et contribue au ralentissement de l'économie.

«La même semaine que nous avons signé un protocole avec le ministère de l'Économie et de la Transition numérique dans le but de dynamiser les achats de Noël précoces afin d'éviter les foules importantes dans les centres commerciaux, nous sommes surpris d'une mesure qui pourrait justement les encourager des foules à d'autres moments de la journée et de la semaine », explique Sampaio de Mattos.

Le président de l'association fait également valoir que cette mesure aura des conséquences sur l'économie réelle et «affectera irrémédiablement» l'emploi en raison des faillites dans les commerces et restaurants et même les centres commerciaux.

Aux termes du couvre-feu dans les 121 quartiers, les établissements commerciaux tels que les magasins et les centres commerciaux doivent fermer à 22h et les restaurants à 22h30, mais les maires des conseils municipaux peuvent limiter les heures de fermeture à même plus tôt que les délais gouvernementaux conformément aux avis des autorités sanitaires.

Plus d'actualités commerciales sur www.essential-business.pt

Par CHRIS GRAEME / Essential Business