« Nous vivons des moments de risque extrême et il est nécessaire que tous les citoyens soient conscients de ce risque extrême et qu’ils agissent et se comportent conformément aux normes de sécurité collective que chacun doit respecter », a déclaré José Luís Carneiro.

Le ministre de l’Administration intérieure s’est entretenu avec des journalistes à la base aérienne de Figo Maduro, à Lisbonne, peu après avoir survolé, à bord d’un avion P-3C Cup+ de l’armée de l’air, les incendies qui font rage à Carrazeda de Ansiães, dans le quartier de Bragance, et à Ourem. .

José Luís Carneiro a averti que « jusqu’au 14, le 15 », il y aura « des circonstances exceptionnelles qui nécessiteront un très grand effort » de toute la population portugaise, et en particulier « des autorités paroissiales, des conseils municipaux, des pompiers portugais , la Garde nationale républicaine (GNR), de toutes les forces de protection civile ».

Toutefois, le responsable a rappelé que « plus de 50% » des causes d’incendies sont des « causes humaines », résultant de « l’utilisation du feu, à savoir avec brûlage, avec brûlage, avec l’utilisation de machines agricoles ou forestières ».

José Luís Carneiro a ainsi appelé les Portugais à faire « tout leur possible » pour éviter « l’usage du feu », rappelant qu' »il est absolument interdit de faire du feu » et que « l’utilisation de toute machine pour le travail doit être évitée à tout prix ». « agricole ou forestier ».

« Ces pratiques sont interdites car, avec l’interdiction de ces pratiques, on travaille avec 50% des causes de ces incendies connues jusqu’à présent », a-t-il expliqué.

Un jour où l’Autorité nationale d’urgence et de protection civile (ANEPC) a annoncé que, vendredi, le nombre maximum d’épidémies cette année avait été atteint, avec 121 allumages, on a demandé à José Luís Carneiro si, dans les prochains jours, il devait être prévu, ce nombre est dépassé.

« Je pense que tout dépend du comportement de nos concitoyens », a répondu le ministre, réitérant que, « malgré les conditions climatiques, les conditions qui ont à voir avec une humidité inférieure à 20% sur le territoire national – qui sont des circonstances exceptionnelles -, plus de 50% des causes sont des causes humaines ».

José Luís Carneiro a ainsi soutenu que, si chacun agit « avec un sens des responsabilités, c’est sûr » qu’il sera possible « de faire face à la combinaison de ces conditions naturelles qui, en elles-mêmes, sont très complexes et très exigeantes ».

« Si plus de 50% a à voir avec l’utilisation du feu, à savoir avec la combustion, avec le brûlage, et avec l’utilisation de machines agricoles ou forestières, alors cela signifie que nous avons 50% de conditions pour réduire le risque d’incendie », il a indiqué. .

TA // MAG