Le nombre de cas confirmés de Covid-19 liés à la fête illégale tenue à Odiáxere, Lagos le 7 juin est passé à 111, dont 19 enfants de moins de neuf ans.

L’annonce a été faite hier soir par l’administration régionale de la santé de l’Algarve (ARS).

Deux personnes, âgées de 27 et 39 ans, sont toujours hospitalisées à Faro. Personne n'a exigé de voiture intensive jusqu'à présent, a confirmé ARS.

"Tous les autres cas restent isolés chez eux", a déclaré l'autorité sanitaire.

Il a ajouté que la plupart des individus infectés résidaient à Lagos (74%) tandis que les autres vivaient à Portimão (17%), Albufeira (6%) et d'autres arrondissements d'Algarve (3%).

ARS Algarve a déclaré qu'il continue d'identifier de nouveaux cas, de s'assurer qu'ils restent en quarantaine et d'identifier les personnes avec lesquelles ils sont entrés en contact afin de «briser les chaînes d'infection et éviter la propagation du virus au sein de la communauté».

Jusqu'à présent, environ 2 500 tests Covid-19 ont été effectués en raison de la fête illégale.

L'autorité sanitaire a souligné l'importance d'être responsable et de suivre toutes les recommandations, de la distanciation sociale continue et de l'utilisation de masques à l'intérieur des zones fermées à l'évitement des groupes de plus de 20 personnes.

Clube Desportivo de Odiáxere, le club de sport local qui gère le lieu où s'est déroulé l'événement illégal, s'est excusé publiquement pour les conséquences de la fête et a souligné qu'il avait alerté les autorités quand il s'est rendu compte que le nombre de personnes assistant à l'événement était beaucoup plus important que prévu.

Le ministère de la Justice a déjà demandé au parquet d’identifier et de poursuivre les organisateurs du parti.

Le Premier ministre António Costa a déclaré le week-end dernier que le gouvernement envisageait de créer le cadre juridique nécessaire pour punir ceux qui organisent et assistent à des fêtes et événements illégaux. (cliquez ici)

michael.bruxo@algarveresident.com