Le Conseil national du parti écologiste Os Verdes (ENP) a défendu aujourd'hui que l'aggravation de la situation économique "ne pouvait pas impliquer le retrait" des politiques environnementales et s'est déclaré préoccupé par l'incertitude quant au soutien de Bruxelles au Portugal.

Telles sont quelques-unes des conclusions du Conseil national de la PEV, qui s'est réuni aujourd'hui pour la première fois en personne, après la période de confinement, avec l'analyse des effets de la crise économique, sociale et de santé publique provoquée par Covid-19, les conséquences le programme de stabilisation économique et sociale (PEES), le budget supplémentaire de l'État 2020, ainsi que la situation environnementale au Portugal à l'ordre du jour.

"La PEV souligne que l'aggravation de la situation économique dans le pays et dans le monde ne peut impliquer un recul en matière de politiques environnementales", estime le Conseil national, dans un communiqué.

"Le Conseil national de la PEV a exprimé sa préoccupation quant à l'incertitude quant au montant et à la manière dont l'Union européenne soutiendra l'économie portugaise", a-t-il souligné, soulignant que cela "n'empêchait pas le gouvernement PS d'embaucher à la hâte" pro bono "un directeur de la le secteur privé, lié à l'exploration pétrolière et avec des références précédentes à son avis qu'il ne vaut pas la peine d'investir au Portugal, de gérer les fonds qui pourraient être alloués au pays, une tâche qui serait de la responsabilité du gouvernement, à travers ses différents ministères ».

Une autre préoccupation exprimée par le Conseil national du Parti écologiste concerne le discours xénophobe.

«Les Verts considèrent la manière dont l'extrême droite a pointé du doigt certaines minorités concrètes, dans cette phase de la pandémie, avec l'utilisation de discours racistes et xénophobes, ainsi que l'intolérance qu'elle a manifestée avec le droit de manifester et de concentration, très inquiétante. lorsque toutes les règles sanitaires sont respectées », a-t-il souligné.

«Il ne peut y avoir de condescendance envers le racisme et la xénophobie, ni vers la restriction des libertés et des droits conquis. Nous avons tous le devoir de lutter contre cette avarice, surtout dans un pays qui a connu le drame de 48 ans de dictature fasciste », a exhorté la PEV, qui fait preuve de solidarité« avec la vague de manifestations, de proportions mondiales, mais avec une plus grande incidence aux États-Unis. d'Amérique, provoquée par l'assassinat de George Floyd, à Minneapolis ", ainsi que" avec tous les éloges de la tolérance, de l'égalité, de la garantie des droits, au Portugal et dans le monde ".

En ce qui concerne le budget supplémentaire de l'État, les Verts rappellent que certaines des propositions qu'ils ont présentées – concernant les mesures de soutien aux familles et aux micro et petites entreprises, «n'ont été que partiellement respectées, comme celles concernant le remplacement du revenu des travailleurs état en «licenciement», soutien aux professionnels des arts du spectacle ou à ceux qui se réfèrent à des travailleurs indépendants à activité réduite, ainsi que suspension des versements en raison de l'IRS et de l'IRC ».

En ce qui concerne les investissements publics, «il n’est pas explicite, dans les documents présentés, quelles actions se concrétiseront réellement, à savoir l’engagement pris avec la PEV, de retirer l’amiante des écoles, profitant de la fermeture actuelle des écoles résultant de la pandémie ou investissement dans le chemin de fer », souligne Os Verdes.

Le Parti écologiste souligne que le gouvernement «continue de donner la priorité aux impositions de l'Union européenne et de les présenter comme une justification pour ne pas mettre en œuvre des mesures qui, certes, contribueraient à la réduction de l'impact social de la crise actuelle et au maintien de la l'emploi, les revenus des ménages et l'augmentation des investissements publics et privés ».

Cependant, "nous n'échouerons pas", dans la phase de discussion dans le domaine du budget supplémentaire, "pour insister pour que les propositions de la PEV soient incluses dans les documents finaux", assurent-ils.

Les Verts se sont abstenus de voter sur la majeure partie du budget supplémentaire.

Le Conseil national reproche au gouvernement de continuer à "investir plusieurs millions dans l'aide aux grandes entreprises", se référant à Novo Banco et TAP, "sans même imposer la condition que l'État assume son contrôle effectif, non seulement en améliorant sa gestion opérationnel, ainsi que d'éviter une distribution abusive de prix et de dividendes ».

En outre, «la situation sanitaire du pays n'a pas non plus empêché le gouvernement PS de continuer à prendre des mesures sur des questions auxquelles la PEV est directement opposée et que nous continuerons de contester, telles que l'exploitation du lithium ou la construction de un aéroport sur BA6, à Montijo », souligne le Conseil national.

Il défend également l'investissement dans la forêt, "mettant en pratique ce qui est inclus dans la loi, qui, grâce à la PEV, a révisé ce qui est devenu la loi de libéralisation de l'eucalyptus, sous la responsabilité de l'ancien gouvernement PSD / CDS", se référant à ce qui suit: Le Portugal "doit trouver un moyen de réduire la superficie des monocultures d'eucalyptus".

La saison des incendies de forêt «approche à grands pas et, en plus des mesures immédiates, comme le nettoyage des espaces forestiers, il est crucial de modifier structurellement la composition de notre forêt, afin d'augmenter le poids des espèces indigènes, surtout à une époque où le changement climatique s'avère être un problème réel et sérieux », prévient la PEV.

ALU // MSP