Le candidat à la présidentielle bélarussienne du 9 août, qui s'est exilé en Lituanie après avoir contesté la victoire revendiquée par Alexandre Loukachenko, a envoyé le message à l'occasion d'un débat d'urgence sur la Biélorussie au Conseil des droits de l'homme.

«La situation au Bélarus requiert une attention internationale immédiate. Des manifestants pacifiques sont illégalement détenus, battus et violés. Certains d'entre eux ont été retrouvés morts », a déclaré Svetlana Tikhanovskaya.

La réélection de Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, avec 80% des voix, selon les chiffres officiels, a déclenché un mouvement de contestation sans précédent dans le pays, un mouvement qui fait face à la répression policière dénoncée comme brutale par l'opposition et les organisations de défense des droits humains.

"L'ampleur et la brutalité de la force considérable utilisée par le régime violent violent clairement toutes les normes internationales et la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée par les Nations Unies et la Biélorussie", a déclaré Tikhanovskaya.

Le fait que le Bélarus souscrive à la Déclaration, a-t-il défendu, signifie "que la communauté internationale doit réagir avec la plus grande fermeté lorsque cette obligation n'est pas respectée".

L'Union européenne (UE), qui a appelé à un débat d'urgence, a appelé cette semaine à une «enquête approfondie» sur les allégations d'abus contre des manifestants dans les lieux de détention et l'organisation non gouvernementale Human Rights Watch a demandé au Conseil des droits de l'homme de faire une enquête «dès que possible».

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, la Chilienne Michelle Bachelet, a également appelé à une enquête, citant "des rapports alarmants de répression continue et violente contre des manifestants pacifiques".

À l'issue du débat au Conseil des droits de l'homme, les 47 membres devraient commenter un projet de résolution soumis par l'UE qui demande à Minsk de «permettre des enquêtes indépendantes, transparentes et impartiales sur toutes les allégations de violations des droits de l'homme» et de veiller à ce que ses auteurs sont jugés.

Le texte appelle également les autorités bélarussiennes à engager un "dialogue" avec l'opposition, à cesser le recours excessif à la force contre les manifestants et à libérer tous les prisonniers politiques, journalistes, défenseurs des droits de l'homme, étudiants et autres détenus dans le cadre des élections présidentielles. .

Il demande également au gouvernement bélarussien de collaborer avec le rapporteur spécial des Nations Unies pour le Bélarus, ce qu'il n'a pas fait depuis 2012, et de l'autoriser à se rendre dans le pays.

Le projet de loi demande également à Michelle Bachelet de «suivre la crise» de près et de soumettre un rapport début 2021.

La discussion à Genève devrait se poursuivre, car la Russie, principal allié de Loukachenko, a déposé de nombreux amendements.

MDR // FPA