«Nous comprenons qu'il n'y a pas de situation généralisée de faux reçus verts. Nous avons des avis juridiques qui soutiennent cela. Nous ne sommes pas la loi, mais nous sommes soumis à ce que la loi nous impose. Il existe une enquête ACT (Autorité pour les conditions de travail) qui vous dira s'il existe ou non ces situations de faux reçu vert et s'il y en a une, bien sûr, Casa da Música devra la corriger et le faire sans aucun problème. », A déclaré aujourd'hui le président de la Casa da Música, José Pena do Amaral.

Le président du conseil d'administration de Casa da Música a pris la parole devant l'Assemblée de la République lors d'une audition conjointe de la commission du travail et de la sécurité sociale et de la commission de la culture et de la communication, suite aux demandes formulées par les groupes parlementaires du Bloco de Esquerda et du PCP sur la situation dans l'institution.

Cette audition parlementaire est intervenue après une pétition, datée du 28 avril, signée par 92 travailleurs de la Casa da Música, qui a signalé l'existence de plusieurs dizaines de travailleurs avec des reçus verts qui se sont retrouvés sans aucune rémunération pour les emplois annulés, en suite à des mesures d'urgence en raison de la pandémie de Covid-19.

En réponse aux questions des députés José Soeiro (Bloco de Esquerda) et Ana Mesquita (PCP), José Pena do Amaral a déclaré aujourd'hui qu '"il y a des situations très différentes les unes des autres", répétant qu'il ne s'agit pas d'une situation généralisée de faux reçus verts. .

«C'est clair pour nous. Nous avons ce soutien, nous avons cette conviction et nous corrigerons tout ce que nous devons corriger », a déclaré le président de la Casa da Música, ajoutant que cet équipement culturel« a bien traité les gens »pendant la période pandémique parce que, a-t-il dit,« en général, il remplissait les supérieure à ce que la loi a déterminé ».

«Nous n'avons pas pu remplir les conditions, dans des situations où il était impossible de savoir (…) quels étaient les moments (où certains professionnels)», se référant aux techniciens, guides et assistants de classe, par exemple, «ils fourniraient du travail» . "Payer sans lien avec une contrepartie serait un acte absolument irresponsable pour ceux qui doivent gérer l'argent de tiers, dans ce cas l'argent des contribuables et l'argent des clients", a-t-il déclaré.

José Pena do Amaral a fait référence à la pétition du 28 avril, soulignant qu'elle avait été remise un samedi soir, avec l'indication qu'elle serait diffusée publiquement en l'absence de réponse le lendemain, ajoutant que ce texte ne désignait aucun interlocuteur qui permettre le dialogue avec les travailleurs, à un moment où la commission des travailleurs, a indiqué le responsable, a déjà démissionné.

«Il y a un problème de représentation. Il n'y a pas de dialogue car cela n'a pas été demandé. Hier (lundi), une réunion a eu lieu avec un groupe qui en avait fait la demande (…). Si d'autres collectifs le demandent, il y aura certainement des réunions (…) Il n'appartient pas au conseil d'administration d'organiser des représentants des travailleurs », a déclaré José Pena do Amaral, rejetant également les accusations qui suite à cette pétition et une veillée qui, en attendant , a eu lieu le 1er juin, des représailles ont eu lieu.

Le 2 juin, il a été signalé qu'environ 13 travailleurs «précaires» de la Casa da Música avaient été libérés des concerts qui avaient été attribués pour le mois de juin, a révélé l'une des personnes ciblées.

S'adressant à Lusa, Hugo Veludo, l'un des 13 assistants de classe licenciés, a déclaré que la décision avait été communiquée lundi (1 juin), via 'email', après la veillée silencieuse qui a coïncidé avec la réouverture de la Casa da La musique.

Le même travailleur a déclaré à Lusa, le 8 juin, que Casa da Música avait décidé de reculer dans la décision de licencier les préposés aux chambres, se montrant «surpris» par le licenciement annoncé début juin, mais «encore plus surpris» par le «retour». -face 'de Casa da Música, l'attribuant à "une certaine pression des médias".

Lors d'une audition qui a duré près de trois heures, avec droit à trois séries de questions et réponses, les députés du Bloco de Esquerda et du PCP ont insisté sur l'idée que ce sont des travailleurs qui restent sur des reçus verts, mais sont des besoins permanents.

«A aucun moment le Conseil d'Administration n'a contredit l'idée que le personnel actuel est suffisant pour ouvrir la Casa da Música. Par conséquent, cela rend les travailleurs, les prestataires de services comme ils l'appellent, des besoins permanents », a déclaré Ana Mesquita.

José Soeiro, d'autre part, a mis José Pena do Amaral au défi de «tirer des conclusions sur les dommages causés à la Casa da Música» avec cette controverse, demandant au conseil d'administration de «ne pas exercer de pression, de chantage et d'intimidation».

L'audition des travailleurs de Casa da Música, également sur ce sujet, est prévue mercredi à la Commission du travail et de la sécurité sociale.

Il est également prévu d'entendre prochainement, dans le même but, le ministre de la Culture, Graça Fonseca, et ACT.

PFT (JGS / SPYC) // MAG

L'administration du contenu de Casa da Música nie qu'une situation «généralisée» de faux reçus verts apparaisse d'abord à Visão.