«Nous avons constaté un certain manque de responsabilité lors de la recherche d'un ordinateur sur les réseaux sociaux. En effet, c'est un problème et ce n'est pas facile, car évidemment c'est un peu le jeu du chat et de la souris jusqu'à ce qu'il soit possible d'identifier qui fait certaines déclarations et ils peuvent aussi faire semblant d'être des policiers », a déclaré Magina da Silva, lors d'une réunion organisée par l'Inspection générale de l'administration interne (IGAI).

Lors de cette réunion, à laquelle ont également assisté le commandant général du GNR et le directeur national du Service des étrangers et des frontières (SEF), une première réflexion a été menée sur le plan de prévention des manifestations de discrimination dans les forces et services de sécurité (FSS). ) de l'IGAI.

Le directeur national de la police de la sécurité publique a souligné que le PSP est «très attentif» et que tous les commandants ont «des instructions très précises pour surveiller, poursuivre et détenir les policiers qui produisent des déclarations qui sont interdites de territoire» sur les réseaux sociaux.

Soulignant que le PSP rejette "toute forme d'extrémisme, de radicalisme et de discrimination" par ses éléments, Magina da Silva a souligné qu '"on ne peut pas lutter contre la discrimination simplement en responsabilisant la police", il faut également "défendre" et "protéger" les des policiers «injustement accusés».

Selon Magina da Silva, le PSP a reçu 1020 plaintes liées à des actions de la police en 2019, ce qui représente 0,043% de l'interaction totale avec la police.

À son tour, le commandant général de la Garde nationale républicaine, Luís Botelho Miguel, a souligné que le rôle de l'armée GNR est «adéquat et proportionné», ajoutant que, depuis la formation initiale, comme la formation tout au long de leur carrière, les problèmes les droits de l'homme «sont toujours présents».

"Chez GNR, aucune pratique raciste ou xénophobe n'est tolérée", a-t-il déclaré, soulignant qu'en septembre 2019, la société avait créé une commission pour l'égalité des sexes et la non-discrimination.

Selon le commandant général du GNR, les plaintes contre les actions des militaires de cette société étaient «résiduelles» en 2019, avec 137 dossiers déposés, dont 79 ont été classés, 25 accusations ont été déposées et une a abouti à une condamnation.

En supposant qu '«il n'y a pas de problème général de racisme et de discrimination», le commandant en chef du GNR a souligné que ces questions doivent nécessairement être étroitement surveillées.

Dans le cadre du plan de prévention des manifestations de discrimination au sein des forces et services de sécurité, IGAI a annoncé que les éléments de la FSS qui rédigent des commentaires racistes, xénophobes ou tout autre type de discrimination sur les réseaux sociaux seront davantage supervisés et sanctionnés. .

CMP // SR