L’Union des professionnels de la police (SPP / PSP) organise aujourd’hui une manifestation, sous la forme d’un défilé de voitures à Lisbonne, pour exiger la résolution des principaux problèmes qui affectent les policiers et qui durent depuis un certain temps.

Selon le SPP, la manifestation se fera à travers un défilé de voitures en raison de la situation pandémique, à partir du siège du syndicat, sur l’Avenida de Ceuta, et aura pour destination l’Assemblée de la République, la direction nationale de la sécurité publique. Police et Ministère de l’administration interne (MAI), où un mémorandum sera remis qui énumère les différents problèmes touchant les policiers.

Le SPP affirme que si ces problèmes « ne sont pas résolus de toute urgence, ils sont susceptibles d’affecter et d’entraver l’efficacité de l’action policière dans le cadre de la sécurité publique ».

« La raison principale est la violation du statut, en particulier en ce qui concerne les pensions et les préretraites, qui obligent les policiers de plus de 60 ans, qui ont déjà atteint la limite d’âge, à continuer à travailler », a-t-il déclaré. président du SPP.

Mário Andrade a souligné qu’il existe une ordonnance du gouvernement « interdisant à la police de partir en préretraite, même en raison de la limite d’âge ».

Selon le président du SPP, le statut professionnel de la PSP stipule que les policiers peuvent partir en préretraite lorsqu’ils atteignent 55 ans et 36 ans de service, mais le nombre est convenu avec le gouvernement lors de la négociation de ce document. n’a jamais été accompli ».

« Il est inacceptable et inacceptable que des policiers qui ont déjà atteint la limite d’âge et qui ont plus de 60 ans restent en service », a-t-il soutenu, notant qu’une autre raison de la protestation est liée aux services de santé de la PSP, à savoir les retards dans conventions médicales.

Selon Mário Andrade, les policiers mettent plus de six mois pour obtenir l’autorisation de suivre une thérapie physique.

Mário Andrade a également regretté que, dans le cadre des négociations avec le gouvernement en raison de l’attribution de la subvention de risque, l’AMI n’ait encore présenté aucune valeur lors des réunions, considérant que les syndicats « ne sont finalement consultés ».

Le président du SPP a exprimé son inquiétude car le budget de l’Etat de cette année prévoit la fin du mois de juin pour l’attribution de la subvention au risque et «il n’y a toujours rien de concret».

La subvention des risques pour les professionnels du GNR et des PSP était une détermination de la loi de finances de l’État pour 2021.

Le droit de grève, la fin de l’impunité dans les agressions contre les policiers et la profession d’être considérée comme une profession de fast-wear sont d’autres exigences du SPP.

Aussi cet après-midi, avant la manifestation, une délégation du SPP devrait être reçue à la Présidence de la République, où il délivrera un mémorandum pour lui demander d’intervenir auprès de la tutelle pour ces préoccupations.

La manifestation compte sur la participation d’autres syndicats de la police de sécurité publique, à savoir l’Union nationale de la police (Sinapol), qui a déjà indiqué dans un communiqué l’adhésion à la manifestation.

CMP // ZO