Inspiré « des espaces et des circonstances de la vie des arbres », le spectacle fait se rencontrer musique et histoires « en compagnie d’un petit grand instrument – le piano jouet », dans une présentation dans plusieurs écoles du département, entre le 4e et le 25 de ce mois, dans le cadre du programme d’éducation et de médiation culturelle de A Oficina, avance la déclaration de cette entité municipale responsable de la programmation et des installations culturelles du comté.

« A partir du moment où ils sont semés, les arbres restent toujours au même endroit, d’où ils se nourrissent, se défendent et se reproduisent. Ils ne sont pas comme des gens qui sont nés dans un pays et peuvent voyager ou même aller vivre à l’autre bout de la planète. Et comme la musique diffère d’un continent à l’autre, on peut trouver des arbres très différents à travers le monde : des arbres qui sont d’authentiques maisons, d’autres qui déplacent les foules à admirer, d’autres qui produisent de la matière qui atteint la lune », peut-on lire dans le communiqué.

Le concert s’adresse aux enfants de plus de 3 ans.

Le spectacle « Les arbres n’ont pas de jambes pour marcher » est une coproduction de A Oficina, de la Fondation Lapa do Lobo (commandé par Alcateia Project), du Théâtre municipal de São Luiz, du Théâtre municipal de Porto – Rivoli Campo Alegre et du Centre des arts et spectacles de Sever do Vouga, qui devrait également accueillir la production.

En plus des présentations dans les écoles, les 14 et 15 juin, dans la salle de répétition du Centro Cultural Vila Flor, il y aura des séances de travail avec Joana Gama, destinées aux enseignants, sur le processus de construction du spectacle.

Cette formation, qui se déroule de 9h30 à 12h30, est gratuite, sur inscription préalable via ’email’ [email protected] ou par téléphone 253 424 716.

Née à Braga en 1983, Joana Gama est une pianiste portugaise qui a développé de multiples projets tant en solo qu’en collaboration dans les domaines du cinéma, de la danse, du théâtre, de la photographie et de la musique.

Doctorante de l’Université d’Évora, elle poursuit ses recherches en tant que membre du Centre d’études de sociologie et d’esthétique musicale de la Faculté des sciences sociales et humaines, Universidade Nova de Lisboa.

« Bien qu’au départ elle ait décidé de se consacrer à la musique afin de perpétuer l’héritage associé à une idée de musique classique – des récitals de piano avec un répertoire canonique – une série d’événements en chaîne l’a éloignée d’un chemin qu’elle croyait être le vôtre. », souligne la présentation du pianiste, publiée par A Oficina.

Ainsi, ces dernières années, en plus des récitals, Joana Gama a collaboré avec des artistes liés à divers courants artistiques, tels que des musiciens, compositeurs, chorégraphes et cinéastes tels que Luís Fernandes, João Godinho, Rafael Toral, Eduardo Brito, Tânia Carvalho, Victor Hugo Pontes , João Fiadeiro, João Botelho, Manuel Mozos, et des collectifs tels que Drumming GP et Sopa de Pedra.

Au cours des 10 dernières années, il a travaillé sur le récital de piano « Satie.150 » et a édité deux albums – « Satie.150 » et « Arcueil » -, consacrés au 150e anniversaire du compositeur français.

L’année dernière, il a emmené « Le livre des sons », de l’allemand Hans Otte, à Culturgest avec les musiciens Norberto Lobo, Helena Espvall, Bruno Álvares, Violeta Azevedo, Pedro Melo Alves et Joana Conceição, et a fait la première de tem legs to walk”, à la Fondation Lapa do Lobo, à Viseu, complétant la première étape de la tournée du spectacle à travers le pays.

AZCL/MAG (SS) // MAG

Portugais / Fin

Le contenu La pianiste Joana Gama emmène des histoires sur les arbres dans les écoles, avec la musique de João Godinho apparaissant pour la première fois dans Visão.