La pandémie de covid-19 a coûté à l'État 3 082,3 millions d'euros jusqu'en septembre, en raison d'une perte de revenus de 831,5 millions et d'une augmentation des dépenses de 2 226,8 millions, a déclaré aujourd'hui la DGO.

«Jusqu'en septembre, la mise en œuvre des mesures adoptées dans le cadre de la lutte et de la prévention du covid-19, ainsi que celles visant à restaurer la normalité, ont conduit à une réduction du chiffre d'affaires de 831,5 millions d'euros et à une augmentation de dépenses de 2 226,8 millions d'euros », indique la direction générale du budget dans le résumé de l'exécution budgétaire.

L'impact des mesures covid-19 jusqu'en septembre est supérieur aux 2 521,7 millions d'euros enregistrés jusqu'en août.

Concernant l'exécution jusqu'en septembre, côté recettes, DGO met en évidence la perte de cotisations due à l'exonération de paiement de la Taxe Sociale Unique (TSU) à 470 millions d'euros dans le cadre du régime de licenciement simplifié, soutien à la reprise incitation progressive et financière à normaliser l'activité commerciale.

Les prolongations de paiement de la taxe, payables à partir du second semestre, pour une période allant jusqu'à six mois, ont entraîné une perte de chiffre d'affaires de 110,9 millions d'euros pour la TVA et de 36,1 millions d'euros pour retenue à la source sur l'IRS et l'IRC.

Côté dépenses, le «  licenciement '' a été la mesure ayant le plus d'impact, avec un coût de 817,7 millions d'euros, suivi des dépenses de santé (331,8 millions d'euros), à savoir les équipements de protection individuelle. (EPI) et médicaments.

Les dépenses de soutien extraordinaire à la réduction de l'activité économique des travailleurs indépendants s'élèvent à 183,6 millions d'euros et l'incitation extraordinaire à normaliser l'activité des entreprises s'élève à 169,5 millions d'euros, selon DGO.

Avec des coûts inférieurs à 100 millions d'euros sont le renforcement des ressources humaines (embauche, heures supplémentaires et autres indemnités), avec une charge associée de 88,2 millions d'euros jusqu'en septembre, le soutien exceptionnel à la famille (82,9 millions d'euros ), ventilateurs et autres équipements pour le service national de santé (67,2 millions d'euros), entre autres.

Jusqu'en septembre, les victimes de l'isolement prophylactique coûtaient 36,6 millions d'euros, tandis que l'extension de l'allocation sociale de chômage s'élevait à 41,2 millions et le programme Adapt à 27,3 millions d'euros.

Les dépenses en actifs financiers s'élèvent toujours à 50,3 millions d'euros avec la ligne de soutien au tourisme pour les micro-entreprises.

DGO souligne que «en l'absence de dépenses liées aux mesures entrant dans le champ d'application de la covid-19, les dépenses effectives des administrations publiques auraient augmenté de 1,7% par rapport à la même période l'an dernier (au lieu de 5,2%) et le revenu effectif aurait diminué de 5,6% (au lieu de 6,9%) ».

Les données DGO n'incluent pas les mesures de soutien au financement de l'économie qui n'ont pas d'impact sur la comptabilité budgétaire, «comme c'est le cas de celles qui sont justifiées par la fourniture de garanties par l'État dans les lignes d'appui à l'économie, ainsi que d'autres mesures qui, même s'ils découlent de mesures législatives, ils se réfèrent au secteur privé, parmi lesquels le moratoire accordé par le secteur bancaire, les moratoires sur les loyers et l'impossibilité pour les entreprises fournissant des services essentiels («utilities») de suspendre les services violation de paiement ».

Selon l'exécution budgétaire, le déficit des comptes publics s'est aggravé de 7 767 millions d'euros jusqu'en septembre par rapport à la même période l'an dernier, pour un total de 5 179 millions d'euros.

DF // MSF

Le contenu de la pandémie-19 covid-19 coûte 3 058 ME à l'État jusqu'à ce que septembre apparaisse pour la première fois à Visão.