COMMENTAIRE

Les problèmes de santé mentale se dissipent en marge des reportages constants sur l’infection à Covid-19 et les taux de mortalité, les mesures de verrouillage strictes, la crise économique et les plans de vaccination.

Comme c’est le cas dans le monde, un grand nombre de citoyens portugais doivent faire face au stress, à l’anxiété, à la solitude, à la peur, à la dépression, à la colère ou pire.

D’autres symptômes comprennent des changements d’appétit, d’énergie et d’intérêts. Certaines personnes ont de la difficulté à se concentrer, à prendre des décisions ou à dormir. Les maux de tête, les douleurs corporelles, les problèmes d’estomac et les éruptions cutanées font partie des réactions physiques à l’aggravation des conditions mentales qui, à l’autre bout de l’échelle, provoquent la violence domestique et l’automutilation.

Selon un psychologue portugais de premier plan, Francisco Miranda Rodrigues, il n’y a que 2,5 professionnels de la santé mentale pour 100 000 habitants au Portugal. Au fil des mois, de plus en plus de personnes – en particulier celles qui vivent seules ou dans des unités familiales très restreintes avec peu ou pas de revenus – sont devenues vulnérables.

Le Portugal est passé de l’un des pays les moins touchés par la pandémie à celui d’avoir les taux d’infection et de mortalité par habitant les plus élevés au monde.

Alors que les hôpitaux sont débordés et ont du mal à accueillir plus de patients atteints de coronavirus, ils doivent également essayer de traiter les patients qui arrivent avec des maladies tout aussi mortelles, voire plus. La santé mentale est ainsi occultée.

Près de 40% de tous les décès de Covid sont survenus en janvier. En mars de l’année dernière, c’était le dernier pays d’Europe à enregistrer son premier cas Covid-19.

Les chiffres de contagion totale du Portugal par habitant sont passés l’année dernière à 10% de ceux de l’Espagne voisine, alors que cette dernière était l’un des pays les plus touchés de l’Union européenne. Cela a peut-être contribué à créer la complaisance au Portugal.

Il n’y a certainement pas de complaisance maintenant. Des restrictions strictes de verrouillage ont été prolongées au moins jusqu’au milieu de ce mois et la frontière avec l’Espagne a été fermée. Aussi nécessaires que soient ces mesures, elles ont conduit à une plus grande frustration et à des protestations publiques.

La lenteur du déploiement des vaccins inquiète de nombreux citoyens. D’autres ont peu ou pas de confiance dans les vaccins, une attitude soutenue par la désinformation et l’alarmisme sur les réseaux sociaux.

On estime que 30% seulement de la population portugaise respecte même les règles de distanciation sociale. Cela peut être dû en partie à la fatigue pandémique qui est en augmentation depuis mars dernier, dit Francisco Miranda Rodrigues.

«C’est un cocktail complexe de causes, peut-être unique au Portugal», a-t-il déclaré à Aljazeera. «Vingt pour cent de notre population vit dans la pauvreté ou l’exclusion sociale, un chiffre très important, et après une si longue pandémie, leurs ressources limitées ont été épuisées. En conséquence, leur capacité à suivre les règles de verrouillage est partie en fumée. »

Comme dans d’autres pays, le mantra du gouvernement portugais «rester à la maison» a été compliqué par des pages d’exceptions déroutantes aux règles de base. La menace d’amendes a ajouté aux inquiétudes et à la gêne.

Les remèdes à base de plantes et les médicaments antidépresseurs sur ordonnance sont disponibles dans les pharmacies, mais les spécialistes de la santé mentale ont un certain nombre d’autres suggestions pour aider ceux qui luttent seuls avec des problèmes liés à Covid.

Pour commencer, c’est une bonne idée de prendre de longues pauses pour regarder, écouter ou lire les actualités de Covid. Penser le plus positivement possible et se confier au besoin à ceux en qui vous avez confiance peut être rassurant.

En prenant soin de votre corps, vous prendrez également soin de votre esprit. Cela signifie une alimentation bien équilibrée, de l’exercice régulier, éviter l’excès d’alcool, de tabac ou d’autres substances douteuses et dormir suffisamment.

Par LEN PORT

Len Port est un journaliste et auteur basé en Algarve. Suivez les réflexions de Len sur l’actualité au Portugal sur son blog: algarvenewswatch.blogspot.pt