Le guitariste Pedro de Castro, de l'ACFL, a déclaré à Lusa que l'initiative vise à "rapprocher les Portugais des maisons de fado, en profitant de la basse saison", avec moins d'affluence, à savoir le tourisme ".

«Nous avons ouvert des portes et montré comment se passe le fado, de la tasca la plus humble où il y a du« fado vadio »aux restaurants typiques, où les professionnels chantent», a déclaré le musicien, propriétaire de la maison de fado Mesa de Frades, à Alfama.

La fête a lieu trois week-ends consécutifs, du 28 au 31 octobre, du 5 au 7 et du 12 au 14 novembre, dans «plus de 20 maisons» du fado de Lisbonne, «le tout avec le sceau« Sûr » & Nettoyer '".

Pedro de Castro a déclaré qu'il existe encore des maisons de fado qui pourraient rejoindre l'initiative. Ils doivent uniquement être enregistrés auprès de l'Inspection générale des activités culturelles et de la Société portugaise des auteurs, et garantir les règles de sécurité de la direction générale de la santé, dans le cadre du contexte pandémique actuel.

Un autre objectif de l'initiative est de «donner confiance aux gens pour qu'ils quittent leur domicile», après séquestration et paralysie du secteur. La situation pandémique a provoqué la fermeture de plusieurs maisons de fado, certains professionnels se retrouvant sans revenus, dans un secteur où le travail précaire prévaut, et très dépendant du flux touristique.

Le coût de la participation au Fado Festival est de 25 euros, le billet peut être acheté aux endroits habituels.

«Une fois le billet acheté, les gens soulèveront le bracelet d'identification au Museu do Fado, qui leur permet d'entrer dans les maisons de fado et de regarder le spectacle. Au cas où ils voudraient manger, ils ont une réduction de 25% et une réduction de 50% sur les boissons au bar », a expliqué Pedro de Castro.

Selon le responsable, chaque maison de fado réserve la moitié de sa capacité aux participants au festival de fado.

Ce parti fait partie du protocole entre le conseil de Lisbonne et l'Association, signé en août dernier, qui prévoyait un soutien financier de 574 milliers d'euros.

L'un des points du protocole dit qu'il «réaffirme» la «réceptivité de la mairie de Lisbonne (CML) à soutenir le secteur du Fado, déclaré par l'UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l'humanité, et patrimoine de Lisbonne, pendant la crise économique de la Covid-19, dans ses différentes expressions, afin d'assurer la survie de ses agents et artistes ».

Selon le protocole, l'ACFL collabore «à la mise en œuvre et au développement de diverses initiatives de promotion du Fado».

L'ACFL a proposé de développer «deux initiatives pertinentes dans le but de promouvoir le patrimoine culturel immatériel de la ville et de soutenir les maisons de fado de Lisbonne»: la production d'un magazine télévisé dédié au Fado et la tenue du Festival de Fado.

NL // MAG

Le contenu du Fado Party s'étend sur trois week-ends en octobre et novembre à Lisbonne apparaît d'abord dans Visão.