"Si [la réunion] n'a pas lieu d'ici le milieu de ce mois, la FESAP sera disposée à promouvoir une grève dans le secteur de la santé", a déclaré José Abraão aux journalistes, lors d'une conférence de presse au siège de la structure syndicale, à Lisbonne, faisant référence à à une demande de rencontre avec la ministre de la Santé, Marta Temido.

Selon le dirigeant syndical de la structure associée à l'UGT, les travailleurs impliqués dans l'éventuelle grève seront «des techniciens diagnostiques supérieurs, des techniciens supérieurs, des assistants techniques, des assistants opérationnels, car ce n'est pas juste, ce n'est pas acceptable, qu'avec 20 et 30 ans de gagner le salaire minimum national ».

«Nous avons demandé une réunion au ministre de la Santé, nous attendons toujours que cela se produise. Nous percevons leurs occupations par rapport à quel est le problème de santé que nous avons », a déclaré le dirigeant syndical.

José Abraão a affirmé que «cela n'a absolument aucun sens» de maintenir les conditions de rémunération de ces travailleurs, «alors qu'en même temps on prononce le discours que nous sommes tous des héros».

"Plus que des mots, ce sont les actes: nous voulons cette reconnaissance, nous voulons que ce problème soit résolu", a déclaré le syndicaliste, qui a rappelé, dans sa référence à l'éventuelle grève, l'action des professionnels diagnostiques et thérapeutiques aux Açores, qui ont un arrêt de travail prévu pour le 9 septembre.

Interrogé sur les perceptions possibles qu'une grève dans le secteur de la santé au moment de la pandémie de covid-19 pourrait causer dans l'opinion publique, José Abraão a déclaré que les employés de l'administration publique représentés par la FESAP sont «responsables et conscients».

"Nous savons très bien qu'il est nécessaire, aux termes de la loi, non seulement de garantir des services minimaux mais aussi de choisir des moments et des situations – que ce soit pour des grèves, des manifestations ou des concentrations – qui nous permettent de ne jamais remettre en cause la fourniture de services aux citoyens", a déclaré le secrétaire Général de la FESAP, ajoutant que l'objectif des manifestations, au fil du temps, "n'a jamais été de pénaliser les citoyens".

José Abraão a laissé la garantie que "les services ne cesseront jamais d'être fournis", déclarant qu '"il y a toujours de nombreuses façons de protester et de manifester son mécontentement, y compris la grève".

JE // HB

Lusa / Fin

Le contenu de la FESAP menace la grève des agents de santé jusqu'à ce que la fin du mois apparaisse pour la première fois à Visão.