L’information a été confirmée à Lusa par une source liée au processus.

Une source officielle du ministère des Affaires étrangères (MNE) avait déclaré à Lusa qu’il était « en liaison avec les représentants de la famille et surveillait l’ensemble de la situation, apportant son soutien ».

« En cas de décès d’un ressortissant national à l’étranger, le poste consulaire du ressort de la juridiction où survient le décès surveille la situation, apporte un soutien aux membres de la famille à leur demande et, sur présentation du certificat de décès local, procède avec la transcription du décès pour le régime juridique portugais », a précisé le MNE.

Ce n’est qu’après transcription, poursuit le MNE, et à la demande de la famille, « le poste consulaire peut délivrer un permis de traduction, qui permettra à la famille d’apporter le corps du citoyen décédé au Portugal ».

« Les étapes restantes d’un processus de transfert sont, dans tous les cas, à la charge de la famille du ressortissant décédé. Les services diplomatiques et consulaires assurent tout le suivi nécessaire », a expliqué le ministère portugais de la diplomatie.

Le parquet sud-africain a annoncé qu’il tiendrait la session préparatoire du procès d’extradition de João Rendeiro, prévue vendredi 20, pour présenter le certificat de décès de l’ex-banquier et conclure la procédure d’extradition.

Le corps de l’ancien banquier João Rendeiro est resté mardi à la morgue de Pinetown, à la périphérie de la ville sud-africaine de Durban, en attente d’être récupéré par les autorités portugaises, après qu’une autopsie a été pratiquée.

L’autopsie de l’ancien président de Banco Privado Português (BPP) João Rendeiro a été réalisée par un médecin légiste sud-africain en présence de la police sud-africaine (SAPS), qui enquête sur les circonstances de la mort de l’ex-banquier par pendaison la prison de Westville, a déclaré une source de la morgue à Lusa.

João Rendeiro, 69 ans, a été retrouvé mort vers minuit jeudi à la prison de Westville et devait comparaître devant le tribunal le lendemain matin, selon une note du Département sud-africain des services pénitentiaires.

L’ancien président du BPP était détenu en Afrique du Sud depuis le 11 décembre 2021 en attente d’extradition, après avoir échappé pendant trois mois à la justice portugaise pour éviter de purger une peine au Portugal.

La veuve de l’ancien président du BPP João Rendeiro n’était plus assignée à résidence ce mercredi, après que le Tribunal central d’enquête criminelle (TCIC) a ordonné le retrait du bracelet électronique de Maria de Jesus Rendeiro, une nouvelle initialement avancée par Sapo24 puis confirmée par Lusa avec une source liée au processus.

La mesure coercitive avait été imposée en novembre 2021 et renouvelée pour trois mois supplémentaires il y a tout juste une semaine, dans le cadre du procès D’Arte Asas, dans lequel les délits de détournement de fonds, de désobéissance, de blanchiment d’argent et de faux sont suspectés. oeuvres d’art de la collection de son mari.

L’initiative de promouvoir la fin de l’obligation de séjour dans un logement sous surveillance électronique (OPHVE) est venue de la TCIC elle-même, suite au décès de l’ancien banquier.

IMA/JGO/SMM (FC/FAC/CYH) // ZO