La junte militaire, au pouvoir au Myanmar, a accusé la dirigeante déchue Aung San Suu Kyi de cinq nouveaux crimes, alors qu’elle a déjà été condamnée à six ans de prison et fait face à plusieurs poursuites judiciaires, avance l’agence de presse Lusa.

L’armée a maintenant accusé le lauréat du prix Nobel de la paix, ainsi que le président déchu Win Myint, d’avoir loué un hélicoptère, ont rapporté des sources proches du dossier citées par l’agence de presse espagnole Efe.

Les accusations ont été déposées vendredi après-midi, lors d’un autre procès concernant d’autres crimes de corruption présumés commis par la « dame », comme le dirigeant de 76 ans est affectueusement appelé par le peuple birman.

En décembre, le journal officiel « The Global New Light of Myanmar » – contrôlé par l’armée – a accusé les deux dirigeants déchu d’avoir violé les règles financières et d’avoir causé des dommages économiques à l’État en louant et en achetant des hélicoptères.

L’homme politique, détenu depuis les premières heures du coup d’État militaire du 1er février 2021, purge sa peine dans un lieu inconnu et est également accusé d’avoir violé la loi sur les secrets officiels, un crime passible d’une peine maximale de 14 ans de prison…

Le coup d’État a plongé le Myanmar (ex-Birmanie) dans une profonde crise politique, sociale et économique et a ouvert une spirale de violence, avec l’émergence de nouvelles milices civiles qui ont exacerbé la guérilla que connaît le pays depuis des décennies.

L’armée justifie le coup d’État par une fraude présumée aux élections générales de novembre 2020, dont le résultat a été annulé et dans lesquelles le parti de Suu Kyi a remporté, comme en 2015, une victoire soutenue par des observateurs internationaux.

Au moins 1 469 personnes sont mortes à la suite de la répression brutale menée par la police et l’armée depuis le coup d’État, principalement lors de manifestations au cours desquelles la police a tiré à balles réelles sur des manifestants pacifiques, selon les rapports quotidiens de l’Association d’assistance aux prisonniers politiques, qui dit également que plus de 11 550 opposants au régime ont été arrêtés, dont Suu Kyi.

Lundi, Suu Kyi avait été condamnée à quatre ans de prison supplémentaires pour, entre autres chefs d’accusation, importation illégale de « talkies-walkies ».

L’ancienne dirigeante du Myanmar avait également été condamnée en décembre à quatre ans de détention pour violation des restrictions liées au Covid-19, peine réduite à deux ans par les généraux au pouvoir, et elle purge actuellement cette première peine dans le pays. où elle était détenue.