Le président de la Conférence épiscopale portugaise (CEP), José Ornelas, a rencontré aujourd’hui à Rome les préfets des Congrégations pour les évêques et pour la doctrine de la foi, pour discuter de la question des abus sexuels au sein de l’Église.

Dans un communiqué, le CEP souligne que « le partage d’expériences (…) a été enrichissant et les différentes parties prenantes ont exprimé leur appréciation pour les démarches entreprises par la Conférence épiscopale portugaise et la Commission indépendante, et avec ceux qui collaborent avec elle, et ont réaffirmé la l’importance d’étudier les cas d’abus sexuels, d’accompagner les victimes et d’agir de manière préventive ».

Le CEP a décidé de créer, fin 2021, la Commission indépendante pour l’étude des abus sexuels contre les enfants dans l’Église catholique portugaise, coordonnée par le pédopsychiatre Pedro Strecht, et qui a commencé ses travaux plus tôt cette année.

La réunion d’aujourd’hui à Rome intervient après que, lors d’une Assemblée plénière tenue à Fátima, en avril, l’épiscopat portugais ait reconnu que le travail de la commission indépendante créée par le CEP et dirigée par Pedro Strecht est « très positif ».

Dans le communiqué final des travaux de l’Assemblée plénière, la question de la maltraitance a été formulée, reconnaissant « l’importance des Commissions diocésaines pour la protection des mineurs et des adultes vulnérables et la constitution conséquente d’une Coordination nationale pour mettre en œuvre des procédures, des directives et des clarifications qui permettent un travail meilleur et le plus articulé de tous ».

« Aux personnes qui ont traversé la situation dramatique des abus dans le domaine ecclésiastique, les évêques réaffirment une sincère demande de pardon, au nom de l’Église catholique, et leur engagement à aider à guérir les blessures. Ils remercient également ceux qui sont venus raconter leur dure histoire, en surmontant une résistance intérieure compréhensible », lit-on dans la déclaration, qui fait également référence au passage par l’Assemblée plénière de tous les membres de la Commission dirigée par le pédopsychiatre Pedro Strecht, réaffirmant que son objectif est « d’étudier ce drame de la vie de l’Église », d’arriver, « de manière non équivoque et efficace, à l’éclaircissement et à la vérité des faits à travers l’étude des Archives Historiques existant dans chaque Diocèse, dans un travail de collaboration et confiance mutuelle avec chaque évêque diocésain ».

Jusqu’à présent, la commission a reçu plus de 300 plaintes, dont 16 ont été transmises au parquet, comme annoncé le 10 mai lors d’une conférence sur le sujet, qui s’est tenue à la Fondation Calouste Gulbenkian, à Lisbonne.

La réunion d’aujourd’hui à Rome a réuni le président et le vice-président du CEP, José Ornelas et Virgílio Antunes, le cardinal patriarche de Lisbonne, Manuel Clemente, et les archevêques de Braga, José Cordeiro, et Évora, Francisco Senra Coelho, en plus au Père Manuel Barbosa, secrétaire de la Conférence. Au nom de la Curie romaine, le préfet et secrétaire de la Congrégation pour les évêques, Marc Ouellet et Ilson Montanari, et le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Luis Ladaria, étaient présents.

« L’effort pour éradiquer les abus sexuels sur mineurs, non seulement de l’Église, mais aussi de la société, continuera d’être une priorité pour la Conférence épiscopale portugaise », a ajouté le CEP dans le communiqué qui rend compte de la réunion au Vatican. .

JLG // RBF