Trois voitures de police, environ deux douzaines d’agents et une barrière protectrice ont gardé les militants, pour la plupart des jeunes hommes et femmes, concentrés près du monument aux morts de la Grande Guerre.

Les manifestants portaient tous des masques de protection et ont rempli la distance nécessaire, en raison de la pandémie de covid-19.

Parmi les manifestants, l’un brandissait un drapeau à rayures horizontales rouges, jaunes et lilas, l’insigne de la Seconde République espagnole, un autre portait un drapeau rouge avec une faucille et un marteau, un troisième avec une affiche qui disait que «le socialisme est le seul viable forme de changement à grande échelle », encore une autre avec un drapeau rouge et noir et l’acronyme du mouvement antifasciste international.

Grâce à un système de sonorisation installé sur le sol, des chants de protestation du rappeur ont été entendus – en prison pendant dix jours après le jugement d’un tribunal espagnol – dans une initiative appelée par la «Plataforma Liberdade Pablo Hasél» visant à manifester «une solidarité politique et humanitaire. »Au chanteur catalan, rejoint par l’Union antifasciste portugaise (UAP – Section portugaise du mouvement international alternatif) et d’autres organisations, dont l’Assemblée nationale catalane (ANC).

Le rappeur musicien Pablo Hasél (nom qu’il a utilisé lorsqu’il a commencé à enregistrer, le nom original est Pablo Rivadulla Duró), 33 ans, né à Lleida, dans la province autonome de Catalogne, a été condamné à neuf mois de prison lorsqu’il a été inculpé devant le tribunal. Insulte à la police espagnole forces, glorifiant le terrorisme et insultant la monarchie, qu’il a surnommée «fasciste».

Arrêté le 16 février par les Mossos d’Esquadra (police régionale catalane) après avoir été barricadé à l’université de Lleida, il a été transféré à la prison de Ponent.

«Nous comprenons que cette situation était trop grave pour que quoi que ce soit à faire au Portugal. Le monde de la musique, de l’art et de la culture voulait donner un signal car aujourd’hui c’est un ‘rappeur’ de l’autre côté de la frontière, demain il pourrait être ici au Portugal », a déclaré Luís Batista, l’abonné du Manifeste, à Lusa, une pétition avec plus de 4500 signatures remises en mains propres au consulat à l’issue de la concentration.

Le militant, également dirigeant syndical, évoque une «plate-forme de volontés» destinée également à servir d’avertissement car «les temps ne sont pas bons» et les scénarios actuels peuvent être rapidement modifiés.

« Au Portugal, je ne pourrais jamais être condamné parce que dans notre système juridique il n’y a aucune notion de vanter le terrorisme, au Portugal vous êtes soit un terroriste, soit vous ne l’êtes pas … », explique-t-il.

«Dans l’État espagnol, il est accusé en vertu de cet ordre, mais il est détenu parce que la personne en question écrit et chante, et c’est la principale raison pour laquelle il est incarcéré. L’accusation parle de musique, de chansons et d’options politiques », ajoute-t-il.

Luís Batista met également en garde contre la «pandémie de peur» installée et dénonce les libertés réprimées.

« Nous pensons que la pandémie est également utilisée pour restreindre les libertés, les droits et les garanties », estime-t-il.

Dans trois courts discours, qui dénonçaient l’arrestation du musicien, des critiques ont également été faites sur le silence de la diplomatie portugaise, de l’Union européenne et de l’ONU, entrecoupés d’applaudissements et d’un slogan à l’unisson, «Liberté pour Pablo Hasél».

Avec un masque et le son du système de sonorisation, Manuela Pinto et Fernanda Rodrigues ont déclaré qu’elles venaient de Setúbal, «directement du travail» jusqu’à la manifestation.

«La liberté d’expression est quelque chose qui doit durer, 48 ans de fascisme ont suffi. C’est juste à côté, mais au Portugal cela peut arriver à tout moment, nous sommes dans l’Union européenne mais qu’est-ce que cette Union européenne? Je ne le reconnais pas comme démocratique, il y a la faim, il y a des prisonniers, tellement… je ne pouvais pas rester à la maison », souligne Manuela.

Son amie explique que sa présence signifie un «acte de solidarité» pour empêcher le retour de la censure, également au Portugal.

«Ce sont des êtres humains, ce sont des artistes, ce sont des gens qui doivent s’exprimer, assez de limiter et de manipuler l’information. Il suffit de manipuler et d’approprier suffisamment la tête des gens, le capitalisme suffit à mettre les clous à l’extérieur, et il suffit que les gens se taisent et se bâillonnent », dit Fernanda avec conviction.

Et il laisse un dernier message: «C’est dans la rue et par solidarité que la démocratie se manifeste comme l’expression suprême de la liberté des citoyens, on ne peut pas permettre qu’un artiste ou quelqu’un qui ne soit pas d’accord soit arrêté pour cela. En Espagne ou ailleurs et c’est pourquoi nous sommes ici, nous sommes venus de Setúbal pour cela ».

La détention de Pablo Hasél a déclenché une vague de manifestations à Barcelone qui s’est étendue à Madrid, Valence, Bilbao et d’autres villes d’Espagne, et lorsque le pays maintient des mesures restrictives en raison de la pandémie du nouveau coronavirus qui a causé plus de 67000 décès depuis mars 2020.

Symbole de la liberté d’expression pour une partie importante de la population, il a déjà reçu le soutien de noms tels que le réalisateur Pedro Almodóvar, l’acteur Javier Bradem ou le chanteur José Manuel Serrat.

PCR // EL

Le contenu Concentration à Lisbonne dénonce l’arrestation de Pablo Hasél et délivre une pétition au consulat espagnol apparaît d’abord à Visão.