Dans une lettre signée par la Commission nationale permanente du parti auquel Lusa avait accès, il est lu qu’« une majorité de membres du Conseil national a décidé, le 14, d’anticiper la tenue » du Congrès et les élections internes de le PSD – qui aura lieu le 4 décembre -, estimant qu' »il n’y aurait jamais d’élections législatives anticipées ».

Selon le noyau dur de la direction du parti, la décision d’avancer les élections internes a été prise contre leur avis, qui à l’époque avait prévenu « prudemment » qu’il pourrait y avoir un scénario de crise politique et, « pour cette raison, il a été proposé qui attendent la fin du vote sur le budget de l’État pour ensuite fixer la date des élections internes, en fonction de ce qui pourrait arriver ».

« La vérité est que l’Assemblée de la République sera même dissoute et, par conséquent, il y aura bientôt des élections législatives anticipées », indique la lettre.

La Commission permanente du parti considère donc que les prochaines élections législatives sont une « excellente opportunité pour le PSD de profiter des bons résultats des autorités locales et de remporter ces élections », permettant le remplacement « d’un gouvernement totalement à gauche par un gouvernement plus modéré », dirigé par le parti.

« Pour cela, au nom de l’intérêt national et de notre propre parti, nous devons être unis et totalement concentrés sur le combat de nos vrais adversaires », dit-il.

La Direction nationale du parti souligne que, « au vu de cette réalité », l’anticipation du parti direct « à un moment » où « tout le monde » doit être « concentré sur les législatives » est « totalement inadaptée aux circonstances auxquelles le pays est confronté vivre et les objectifs que le PSD doit poursuivre ».

« Les Portugais attendent du PSD une alternative claire et crédible au PS. Ils ne s’attendent pas à un PSD tourné vers un conflit interne, alors que le PS et le Gouvernement font librement campagne, profitant de nos divisions électorales », souligne la Commission permanente.

S’adressant aux militants en « qualité de premier responsable de la conduite politique du parti », la Commission permanente affirme avoir envoyé la « réflexion » afin que les militants du parti puissent « réfléchir à ce moment très important que le pays et le PSD sont face. vivre ».

Les appels directs du PSD ont lieu le 4 décembre, et l’actuel président du parti, Rui Rio, et l’eurodéputé Paulo Rangel sont présentés comme candidats.