1-1-e1669908198824-png
Table des matières

La commission parlementaire timoraise donne un avis favorable sur la levée du Fonds pétrolier

Il s'agit d'une demande d'autorisation pour le deuxième virement extraordinaire du Fonds Pétrolier (FP) cette année, d'un montant de 286 millions de dollars (255,89 millions d'euros), après un premier retrait en mars de 250 millions de dollars (226,8 millions d'euros).

Un rapport contenant cette position de la Commission C, Finances publiques, a été approuvé aujourd'hui après une série d'auditions la semaine dernière auprès du gouvernement et d'autres structures, dont la Banque centrale du Timor-Leste (BCTL) et le Comité consultatif du Fonds pétrolier ( FP).

L'autorisation sera débattue aujourd'hui en séance plénière, qui analysera également l'amendement à la loi sur le Fonds Covid-19, afin de permettre le «financement des dépenses pour atténuer les conséquences économiques et sociales de la pandémie, ainsi que les dépenses du Fonds Covid-19 et salle de situation du Centre intégré de gestion des crises ».

Dans le rapport, les députés recommandent d'approuver la demande de retrait, en retirant du montant initialement demandé un montant de 500 000 $ – attribué au Parlement lors du premier retrait, mais qui n'a jamais été réalisé.

Une partie du montant levé, environ 210 millions, est destinée à renforcer le compte du Trésor et le reste à renforcer le Fonds Covid-19, créé pour répondre aux effets de la pandémie de maladie au Timor-Leste, tant sur le plan médical que socioéconomique. .

La commission recommande qu'à l'avenir, elle cherche «des réponses légitimes et plus équilibrées pour couvrir les besoins de financement temporaire de l'État compte tenu de la rareté des ressources disponibles».

Options, notons, qui peuvent inclure la «souscription de la dette publique à court terme pour assurer la liquidité du Trésor à court terme, à régler au cours de l'exercice lui-même», évitant ainsi «le recours indu et non transparent du gouvernement aux cartes de crédit ou aux réserves de sécurité sociale ».

L’une des questions évoquées dans le rapport concerne l’utilisation du Fonds de réserve de la sécurité sociale pour «avancer» les fonds destinés à payer une des mesures socio-économiques, la subvention de 60% du salaire des travailleurs inscrits pendant trois mois.

Dans ce contexte, la commission recommande au gouvernement de «rémunérer à juste titre les prêts temporaires à l'État du Fonds de réserve pour la sécurité sociale (FRSS)».

Il demande également que «le plus urgent soit que le Président de la Régie régionale d'Oecusse-Ambeno (RAEOA) verse aux familles les plus démunies des subventions qui sont déjà versées dans les 12 municipalités timoraises.

La commission oblige le gouvernement à soumettre des copies des contrats d'État au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) – pour l'achat de médicaments et de fournitures médicales – et à la compagnie aérienne Air North «dans l'une des langues officielles du RDTL» au parlement. .

Il souhaite également voir «la carte des flux de trésorerie pour le compte unique du Trésor».

Au cours des débats de la commission, les députés ont exprimé une longue liste de préoccupations sur le sujet, notamment le manque d'informations budgétaires opportunes, de flux de trésorerie et de données sur la mise à jour de la mise à jour des crédits budgétaires temporaires (DOT) appliqués dans le régime duodécimal.

Les députés notent également que «la situation déficiente des comptes du Trésor et du Fonds Covid-19 et le sort du renforcement budgétaire demandé par le gouvernement ne sont pas suffisamment clairs» et que l'exécutif n'a pas présenté de rapport sur le soutien apporté au pays par les partenaires au développement .

La «modeste capacité d'exécution et la transparence des ministères impliqués dans l'exécution de l'argent du Fonds Covid-19, après plus de deux mois depuis sa création», est une autre préoccupation.

Entre autres, ils signalent un retard de paiement aux hôtels et aux entreprises de restauration utilisées dans les lieux de quarantaine du gouvernement, ainsi que des retards de paiement d'autres dettes de l'État.

Les députés ont également remis en question ce qu'ils disent être «le fait que le gouvernement ne profite pas de l'occasion unique de passer d'une économie de survie dans laquelle rien n'est produit, à de sérieux investissements dans les zones agricoles prioritaires, à une époque où le pays est ainsi vous devez acheter des aliments de base ».

Les échecs et les lacunes dans la collecte des données et le «manque de connaissances du gouvernement sur les prévisions de coût total de chaque programme, sous-programme et mesure du Fonds Covid-19, montrant un manque notable de planification» sont également signalés par les députés.

ASP // SB

Articles récents