La CGTP entame aujourd’hui une période de luttes pour l’amélioration des conditions de vie par une manifestation devant l’Assemblée de la République, alors que le budget de l’État pour 2022 (OE2022) est en cours d’approbation en plénière parlementaire.

L’Action de Lutte Nationale, qui se déroulera sous le slogan « Pour l’augmentation des salaires et des retraites – Contre l’augmentation du coût de la vie et l’atteinte aux droits », débute en milieu de matinée par deux pré-concentrations, l’une à Rossio, avec les quartiers ouvriers de Lisbonne et de Porto, et un autre à côté de Jardim da Estrela, avec des ouvriers de Setúbal et du reste des districts du pays.

Au final, tous les manifestants rejoindront le parlement pour exiger des réponses face à la dégradation des conditions de vie.

La secrétaire générale d’Intersindical, Isabel Camarinha, quittera le Rossio et fera une intervention politico-syndicale devant l’Assemblée de la République.

Au début du mois, le Conseil national de la CGTP a exigé des mesures immédiates pour restaurer le pouvoir d’achat et, par conséquent, a approuvé un processus d’intensification de la lutte qui se déroulera tout au long du mois de juin dans tous les secteurs et dans tout le pays, mais qui commencera par la manifestation d’aujourd’hui. .

Selon Isabel Camarinha, le choix de la date de cette manifestation « n’était pas innocent, car le budget de l’État ne répond pas aux besoins des travailleurs et du pays ».

« Le moment actuel nécessite l’intensification du processus de lutte pour obtenir des réponses extraordinaires, de plus en plus pressantes en raison de l’augmentation constante des prix », a déclaré Isabel Camarinha à l’agence Lusa.

L’inter intensifiera le combat avec l’objectif « d’affirmer l’indignation et la protestation face à l’augmentation du coût de la vie, l’atteinte au pouvoir d’achat et aux droits, l’augmentation des inégalités, des injustices et de la pauvreté, ainsi que la revendication des l’augmentation générale des salaires pour tous les travailleurs, des pensions de retraite pour les retraités ».

La réduction du temps de travail et la lutte contre la déréglementation des horaires, l’éradication de la précarité, l’emploi avec des droits, une législation du travail qui contribue à la valorisation du travail et des travailleurs et la défense des services publics sont d’autres revendications sur la base de la contestation .

La CGTP réclame aussi « les mesures exceptionnelles et immédiates » présentées le 1er mai, comme la hausse extraordinaire du Smic national à 800 euros le 01 juillet 2022, une augmentation extraordinaire de toutes les retraites et des réformes qui redonnent du pouvoir d’achat , d’un minimum de 20 euros et l’augmentation extraordinaire de tous les salaires dont la révision/actualisation a été absorbée par l’inflation.