La bataille du Portugal pour obtenir un «pont aérien» avec le Royaume-Uni – en évitant aux vacanciers britanniques de passer 14 jours en quarantaine à leur retour chez eux – semble sur le point d’être gagnée.
Expliquez les rapports d’aujourd’hui, il s’agit simplement du Portugal «présentant ses données virales exactement selon les paramètres et les indicateurs britanniques».

Selon Observador, le ministre des Affaires étrangères Augusto Santos Silva estime toujours qu'il n'y a aucune raison de dissuader les vacanciers britanniques de venir au Portugal en raison d'un risque accru d'attraper le Covid-19.

Mais le gouvernement a finalement reçu la «  justification '' britannique du maintien de la liste noire des «  voyages sûrs '' du Portugal: les autorités britanniques suivent les données compilées par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, et ces données suggèrent que nous avons encore un nombre cumulatif de 14 jours. des citoyens dont le test est positif qui est «inacceptable» (soit plus de 25 pour 100 000. Le «score» du Portugal est de 26,3).

Ainsi, la voie à suivre maintenant est pour le Portugal de «modifier» la façon dont il présente ses données et «hé hop» cela devrait suffire pour finalement gagner le soi-disant pont aérien.

Selon Santos Silva, les autorités se préparent à «présenter des informations sur l'évolution de la situation épidémiologique exactement selon les paramètres et les indicateurs que le Royaume-Uni nous a dit utiliser».

Il a ajouté qu'il espère que la prochaine "révision" des conseils aux voyageurs britanniques "signifiera enfin la reconnaissance des faits, car, à mon avis, il n'y a pas un fait au Portugal qui justifie que les passagers du Portugal soient soumis à la quarantaine en Grande-Bretagne" .

En effet, le fait qu'ils soient a suscité des hurlements de protestation de la part de milliers de Britanniques, dont un certain nombre ont soulevé des pétitions.

La prochaine «révision» britannique des pays jugés «sûrs de voyager» devrait avoir lieu à la fin du mois d’août, dit Observador, mais cela ne signifie pas nécessairement que le Portugal devra attendre aussi longtemps.

«La modification pourrait venir plus tôt», explique l'internet.

Santos Silva n'est cependant certainement pas trop optimiste. Il a souligné hier que les «mises à jour» de la Grande-Bretagne ont été progressivement restrictives «parce qu’elles ont inclus dans la liste des pays soumis à la quarantaine d’autres qui n’y étaient pas auparavant».

Néanmoins, le message dominant dans les médias nationaux d’aujourd’hui est que, en présentant les données «différemment», le Portugal sera enfin reconnu par le gouvernement britannique comme la destination de voyage sûre dont il se fait la promotion depuis le début de l’été.

natasha.donn@algarveresident.com