La plateforme Greve Feminista Internacional, qui rassemble des collectifs et des associations féministes intersectionnelles, sera en ligne sur la chaîne Greve Feminista, mais sera également présente à plusieurs endroits, comme la place Luís de Camões, à Lisbonne, et la Praça do Marquês, en Porto.

« Nous savons que la crise sanitaire nous a imposé des restrictions pour des raisons de santé publique, mais dans nos vies, il n’y a ni temps ni lieu à attendre, car la violence existante, la discrimination et les multiples inégalités se sont multipliées et aggravées », justifie le mouvement dans un communiqué envoyé à Lusa.

Rede 8 de Março, qui rassemble des collectifs, des associations, des organisations politiques, des syndicats et des particuliers au niveau individuel, a mis en place une réunion en ligne à partir de 18h00 et des manifestations de rue à Braga, Coimbra, Faro, Lisbonne, Porto et, dans le Açores, à Angra do Heroísmo et Ponta Delgada.

«Le contexte pandémique actuel, avec ses impacts économiques et sociaux indéniables, renforce la nécessité d’une lutte féministe», souligne le mouvement dans l’invitation à participer, mettant en avant le travail précaire, le chômage et les quatre victimes du fémicide depuis le début de l’année.

Selon les dernières données de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE, son acronyme en anglais), «la pandémie a révélé le potentiel d’une main-d’œuvre numérique, mais le télétravail a également intensifié les conflits sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, en particulier pour les femmes enfants, jusqu’à cinq ans ».

L’EIGE souligne également les «fortes réductions de l’emploi dans les professions dominées par les femmes», comme c’est le cas dans les secteurs du textile, du commerce de détail, de l’hébergement, des ménages et du travail domestique.

Dans la première vague de covid-19, il y a eu une réduction de 2,2 millions d’emplois pour les femmes dans l’Union européenne – le Portugal étant le cinquième pays avec le plus de pertes d’emplois féminines, selon les données du deuxième trimestre de 2020.

La Journée internationale de la femme sera marquée par Ciência Viva avec le lancement de la nouvelle édition du livre «Women in Science» lors d’une session diffusée à partir de 11 heures sur YouTube au Pavilhão do Conhecimento et qui comptera sur la participation du Ministre de Science, technologie et enseignement supérieur, Manuel Heitor, et la commissaire européenne à l’innovation, à la recherche, à la culture, à l’éducation et à la jeunesse, Mariya Gabriel.

La ministre de la présidence, Mariana Vieira da Silva, et la secrétaire d’État à l’égalité, Rosa Monteiro, seront également présentes à divers événements dans le cadre de la Journée de la femme, y compris le webinaire «  Les impacts socio-économiques du covid-19 – Une égalité hommes-femmes au centre de la reprise, organisée par la Commission pour la citoyenneté et l’égalité des sexes.

L’Ecole de Criminologie de la Faculté de Droit de Porto, pour évoquer cette date, promouvra, via Zoom, une conférence internationale sur «Justice, Egalité et Genre», à laquelle assistera le Président de la Cour Suprême de Justice, Joaquim Piçarra, le procureur général de la République, Lucília Gago, et le président de la cour d’appel de Porto, Nuno Ataíde das Neves.

Au cours de l’événement, une étude évaluative des décisions judiciaires sur les crimes de violence domestique et de violence sexuelle contre les adultes sera présentée, un rapport descriptif des jugements rendus sur le crime de violence domestique et un autre sur l’égalité des sexes et le harcèlement dans la justice portugaise.

Parmi les nombreuses autres initiatives en ligne qui auront lieu, la ministre de la Cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, participera à la conférence «Women’s Day – They today», promue par l’Université de Coimbra, et la secrétaire d’État à la Citoyenneté et à l’Égalité, Rosa Monteiro, dans «Leadership et innovation chez les femmes», organisé par la direction générale de la qualification des travailleurs dans les fonctions publiques.

La Journée de la femme est également célébrée au Parlement européen, avec des discours des présidents de l’assemblée, David Sassoli, et de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Bien qu’elle soit célébrée depuis 1909, la Journée internationale de la femme n’a été officiellement proclamée par les Nations Unies qu’en 1975. Et ce n’est qu’en 1979 que la Convention a été approuvée pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

BYB // HB

Le contenu de la Journée de la femme marqué par des manifestations «en ligne» et également dans les rues apparaît en premier à Visão.