Le président des États-Unis, Joe Biden, entend aborder la question des élections « libres et transparentes » au Brésil lors de la rencontre bilatérale avec son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, qui a émis des doutes infondés sur le processus électoral.

« Le président devrait aborder la question des élections ouvertes, libres, justes, transparentes et démocratiques », a déclaré le conseiller diplomatique du président américain Jake Sullivan à bord d’Air Force One.

Washington s’est ouvertement inquiété des tentatives de Bolsonaro, qui brigue un nouveau mandat, de jeter le doute sur le système électoral brésilien.

La scène de la première rencontre entre Biden et Bolsonaro sera le IX Sommet des Amériques, qui a débuté lundi dans la ville américaine de Los Angeles.

Ces derniers mois, et avec une fréquence croissante, en plus d’insister sur le fait que le système de vote électronique du pays n’est pas fiable, Bolsonaro a intensifié les attaques contre les magistrats de la Cour suprême fédérale (STF) et a déclaré qu’il ne respecterait pas certaines décisions de justice. .

Le président brésilien a notamment visé les juges Alexandre de Morais et Edson Fachin, du Tribunal supérieur électoral (TSE).

Lundi, le président brésilien a lancé de dures attaques contre le TSE, visant son président, Edson Fachin, l’accusant de conspirer pour faciliter la victoire de Lula da Silva aux élections présidentielles d’octobre.

Bolsonaro a accusé Fachin de tout faire pour discréditer le processus électoral et « pour élire Lula de manière inacceptable ».

« Il y a trois ministres qui ne veulent pas de transparence dans les élections. Je n’attaque pas la démocratie », a dénoncé Bolsonaro, ajoutant que d’après ce qu’on voit dans les rues, « il est impossible de ne pas avoir de second tour ou pour moi de ne pas gagner au premier tour ».

Dans une interview accordée à Lusa fin mai, le constitutionnaliste Diego Werneck Arguelhes, signataire de la lettre envoyée à l’ONU au sujet de la « campagne sans précédent » contre les tribunaux brésiliens, a averti que le président brésilien est en train de créer des bases pour « une invasion du Capitole ». ‘, comme cela s’est produit aux États-Unis.

« Jair Bolsonaro fait cela au ralenti, ce que nous voyons au Brésil est un 6 janvier, l’invasion du Capitole au ralenti », a déclaré à Lusa le professeur agrégé à l’Instituto de Ensino e Pesquisa do Brasil et un doctorat. Droit de l’Université de Yale, aux États-Unis.

Selon les derniers sondages, Lula da Silva a creusé l’écart avec Jair Bolsonaro. Le candidat du Parti des travailleurs (PT) a 48% des intentions de vote et Bolsonaro, candidat du Parti libéral (PL), a 27%.

Pour gagner au premier tour, il faut plus de 50% des voix.