On s’attendait déjà à ce que l’annonce de la fermeture de deux des quatre centres d’accueil d’urgence pour sans-abri, en raison du prétendu manque de « conditions dignes » dans ces espaces, ouverts en mars 2020 par l’exécutif de Fernando Medina (PS et BE ), en réponse à la pandémie, a dominé (une partie) de la réunion publique du conseil municipal de Lisbonne, qui s’est tenue ce mercredi. Et, en fait, ça l’était. Le ton sur lequel la conversation s’est déroulée, à son tour, surprendrait les personnes présentes.

Le bilan cordial de Carlos Moedas – « nous sommes tous une équipe », dirait le président, à un moment donné, à l’opposition, le président – ​​finirait par être trahi, dans le premier tiers de la rencontre, à la suite d’un vif échange de mots entre Laurinda Alves, conseillère au département des droits humains et sociaux (élue par la coalition Novos Tempos de Moedas) et Beatriz Gomes Dias, conseillère du Bloc de gauche.

Ces dernières heures, Beatriz Gomes Dias avait insisté sur les critiques. Et, ce mercredi, elle a même présenté une motion au conseil municipal de Lisbonne pour « annuler » la décision, considérant la fermeture des deux centres d’accueil d’urgence comme une option « erronée » et inadéquate ». En réponse, Laurinda Alves n’a pas caché son indignation et son irritation, qualifiant les plaintes de la conseillère BE d' »une sorte de guérilla », avec les médias comme scène.

Je ne sais pas ce que c’est dans ta famille, ce que c’est dans ta famille politique, si les gens, qui peuvent être accueillis à la maison, sont accueillis au sous-sol, dans la cage d’escalier ou sous le porche, mais dans ma famille ce n’est pas comme ça

Laurinda Alves

« C’est dégoûtant d’entendre quelqu’un crier pour cette solution. Je ne peux pas garder les gens sur un balcon, dans un sous-sol, dans une cage d’escalier, en prétendant que nous les accueillons. Je ne peux pas tolérer que vous veniez crier aux médias pour ouvrir deux centres d’accueil, qui n’étaient pas des centres, mais des espaces improvisés sans conditions indignes. Je ne sais pas ce que c’est dans ta famille, ce que c’est dans ta famille politique, si les gens, qui peuvent être accueillis à la maison, sont accueillis au sous-sol, dans la cage d’escalier ou sous le porche, mais dans ma famille ce n’est pas comme ça. Si vous voulez crier, criez tout seul. La décision est prise et ces centres ne vont pas rouvrir », a déclaré Laurinda Alves, en rafale.

Les propos de la conseillère aux droits humains et sociaux ont suscité une réaction immédiate de Beatriz Gomes Dias, qui, malgré le manque de temps, a contraint Carlos Moedas à intervenir, à mettre « l’eau à bouillir » : « Il n’y a eu aucune attaque personnelle, aucune attaque ici, la conseillère [Beatriz Gomes Dias] il n’a pas été attaqué personnellement, c’était juste une réponse », a précisé, promptement, Carlos Moedas.

Les sans-abri réinstallés

La quarantaine de personnes sans domicile fixe qui occupaient les deux Centres communaux d’hébergement d’urgence (CAEM) désormais fermés – l’Auberge de jeunesse, à Moscavide, et la Maison des droits sociaux, à Marvila – ont déjà été relogées, en revanche, à l’exception de deux, a assuré Laurinda Alves. . Les deux personnes actuellement en transit étaient, pour le moment, hébergées à la Casa dos Direitos Sociais, à Bela Vista, mais le conseiller a indiqué que ces situations seront également réglées d’ici la fin de l’année.

Hier, lors de la réunion de l’Assemblée municipale de Lisbonne, Carlos Moedas avait confirmé la décision, justifiant le fait que ces espaces fonctionnent « sans conditions décentes » et que toutes les personnes sont « accompagnées et acheminées ». Ce mercredi, Laurinda Alves a confirmé le diagnostic, décrivant que les personnes sans domicile fixe, placées dans ces espaces, étaient soumises à des « fléaux » et étaient « mordues » qui leur causaient des « plaies ouvertes ». Version que Beatriz Gomes Dias, conseillère de BE – un parti qui, sous l’exécutif de Fernando Medina, était responsable des Droits sociaux – a démenti. A l’avenir, personne ne sera « faussement logé », a assuré Laurinda Alves, qui, à l’issue de la discussion, a confirmé que Lisbonne « a encore 628 logements vacants au cas où il y aurait plus de gens qui descendraient dans la rue ».

Le contenu « Je ne sais pas ce que c’est dans ta famille, mais ce n’est pas comme ça dans la mienne ». La fermeture des centres pour sans-abri motive une discussion amère entre les conseillers apparaît d’abord à Visão.