«Les dirigeants palestiniens rejettent ce que les Émirats arabes unis ont fait. C'est une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne », ont déclaré les dirigeants palestiniens dans un communiqué, appelant à une« réunion d'urgence »de la Ligue arabe, pour dénoncer l'accord soutenu par les États-Unis.

Le projet de normalisation des relations entre Israël et les pays du Golfe, tels que Bahreïn, l'Arabie saoudite et les Émirats, est l'un des aspects du plan de l'administration américaine de Donald Trump pour le Moyen-Orient accueilli par les Israéliens, mais rejeté par Palestiniens.

Le plan prévoit également l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies en Cisjordanie, considérée comme illégale au regard du droit international.

Le gouvernement d'union de Benjamin Netanyahu et de son ancien rival politique Benny Gantz devait annoncer à partir du 1er juillet la stratégie israélienne sur l'annexion de parties de la Cisjordanie occupées depuis 1967.

Le prince héritier des Emirats arabes unis (EAU), Mohammed ben Zayed, a écrit aujourd'hui sur le réseau social Twitter que "l'accord a été conclu pour mettre fin à toute nouvelle annexion des territoires palestiniens".

Cependant, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué que l'établissement de relations diplomatiques complètes entre les deux pays aurait pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion de parties de la Cisjordanie occupée, mais a déclaré qu'il n'avait pas "abandonné" cette option. .

"L'application de la souveraineté (israélienne) en Judée-Samarie (le nom biblique de la Cisjordanie) est sur la table, (…) n'est pas annulée", a déclaré Netanyahu, dans un discours diffusé à la télévision.

La Ligue arabe est basée au Caire, capitale de l'Égypte, l'un des deux pays arabes qui entretiennent déjà des relations diplomatiques avec Israël, avec la Jordanie, et dont le président, Abdel Fattah al-Sissi, a salué aujourd'hui l'accord entre Abu Dhabi et l'État. Hébreu.

Bahreïn était un autre des pays arabes à applaudir cet accord.

«Le royaume salue les efforts diplomatiques déployés par les Émirats arabes unis. Cette étape historique contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région », a déclaré l'agence de presse officielle de ce petit pays du Golfe, la Bahreïn News Agency (BNA).

Ces dernières années, Israël a développé une coopération non officielle avec des économies régionales, telles que Bahreïn, les Émirats et l'Arabie saoudite, bien que la position traditionnelle des pays arabes soit de subordonner les relations avec l'État hébreu à un accord avec les Palestiniens.

«La gauche israélienne et mondiale a toujours dit qu'il n'était pas possible de parvenir à un accord de paix avec les pays arabes sans paix avec les Palestiniens (…). Pour la première fois de l'histoire, Benjamin Netanyahu a brisé ce paradigme », a réagi aujourd'hui au Likoud, le parti du Premier ministre d'Israël.

PAL // SR

Contenu Israël / Emirats: l'Autorité palestinienne rejette l'accord et appelle à une «réunion d'urgence» de la Ligue arabe apparaît en premier dans Vision.