Aujourd’hui, le Gouvernement a transmis un message de sérénité sur l’approvisionnement en biens des secteurs agroalimentaire et de la grande distribution, après la première réunion du groupe de travail qui a conclu à l’absence de problèmes ou de prévision de rupture de « stocks ».

« Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune perturbation des ‘stocks’, et il n’est pas prévu qu’elle se produise dans les semaines à venir », a déclaré le ministre de l’Economie, Siza Vieira, à l’issue de la première réunion du groupe de travail de suivi. et d’évaluer les conditions d’approvisionnement des biens dans les secteurs de l’agroalimentaire et de la distribution, créé le 16 novembre.

Accompagnée de la ministre de l’Agriculture, Maria do Céu Antunes, et des secrétaires d’État au Commerce, João Torres, et aux Infrastructures, Jorge Delgado, Siza Vieira a laissé un message de « tranquillité » sur la possibilité de problèmes d’approvisionnement en raison de perturbations importantes , comme l’appelait Siza Vieira, ces derniers mois en raison de l’augmentation des coûts des transports, de l’énergie et des matières premières.

Le groupe de travail se réunira toutes les deux semaines, a expliqué Siza Vieira, pour anticiper les difficultés d’approvisionnement en marchandises, atténuer les problèmes dans la chaîne de valeur et évaluer s’il pourrait y avoir des problèmes d’approvisionnement en marchandises.

« La réunion a confirmé qu’il n’y a pas de pénurie d’approvisionnement ou de rupture de ‘stocks' », a réaffirmé le responsable gouvernemental, expliquant qu’avec le temps, la situation devrait se normaliser et l’économie se redresser.

Mais Siza Vieira a admis qu’il y avait eu une augmentation des coûts pour les producteurs et les intermédiaires, une augmentation qui est absorbée par la plupart des détaillants, et a rappelé que le taux d’inflation au Portugal est inférieur à la moyenne européenne, mais a admis que l’augmentation pourrait avoir des répercussions. sur le consommateur.

« Nous avons [no grupo de trabalho] à suivre, mais nous ne prévoyons pas une augmentation très significative », a estimé Siza Vieira.

Le Suivi et Evaluation des Conditions d’Approvisionnement des Biens dans les Secteurs Agroalimentaire et Distribution en vertu de la dynamique des marchés a pour mission d’évaluer et de suivre les conditions d’approvisionnement des biens dans les secteurs de l’agroalimentaire et de la distribution dont la dynamique de marché est influencée par le contexte en termes de stocks de matières premières.

Le groupe évaluera et surveillera également les niveaux de réservation et de stockage de ces marchandises, l’exécution des contrats d’approvisionnement nationaux et internationaux pour ces marchandises, et « esquissera, à l’avance, toutes les possibilités d’intervention visant à maintenir ou à rétablir des conditions normales d’approvisionnement ».

Selon l’arrêté, le groupe de travail doit présenter aux membres du Gouvernement, qui souscrivent à l’arrêté, un premier rapport d’évaluation du contexte actuel « dans un délai de deux semaines à compter de la date de publication » de l’arrêté, ainsi que des rapports ordinaires abrégés, tous les quinze jours, ou extraordinaire, lorsque des besoins concrets pour adopter des mesures l’exigent, et un rapport final.

Le groupe est composé de 15 membres, dont des représentants de la Confédération des agriculteurs du Portugal (CAP), de l’Association des distributeurs de produits alimentaires (ADIPA), de l’Association nationale des stockeurs, commerçants et importateurs de céréales et d’oléagineux (ACICO), de l’Association nationale des Transporteurs Portugais (ANTP), Association Nationale des Transports Publics Routiers de Marchandises (ANTRAM), Association Portugaise des Entreprises de Distribution (APED) ou Fédération des Industries Agroalimentaires Portugaises (FIPA).

Le Gouvernement avait déjà créé, en mars 2020, un groupe de suivi de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, avec des objectifs similaires, et qui a abouti à la présentation du rapport final.