Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a déclaré qu’il n’y avait pas de « races » ni même de « civilisations plus que d’autres » lors de son discours lors de la cérémonie de remise du Panthéon national d’honneur à Aristides de Sousa Mendes.

« Aristides de Sousa Mendes est entré ici [no panteão nacional] et il restera ici jusqu’à la fin des temps, si les temps ont une fin », a affirmé Marcelo, ajoutant qu' »il n’y a ni juif, ni romain, ni autres, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de races, ethnies, religions, cultures, civilisations qui sont un plus que les autres et qu’ils ne méritent pas tous le même respect pour la dignité de la personne, pour sa nature indestructible ».

Le chef de l’Etat a souligné qu’Aristides « a servi avec courage, une extrême misère personnelle et familiale et une humilité exemplaire ». « Ces valeurs dans leur expression la plus remarquable. Le Portugal s’incline devant sa personnalité morale, éternellement reconnaissant aujourd’hui et se souvient à jamais de lui et lui rend hommage », a-t-il ajouté.

L’hommage intervient 67 ans après la mort de l’ancien diplomate portugais à Bordeaux, en France, qui a sauvé des milliers de Juifs et d’autres réfugiés du régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Aristides de Sousa a délivré des visas contre les ordres du gouvernement d’António de Oliveira Salazar, et a ensuite été expulsé de sa carrière diplomatique.

Le Premier ministre, d’autre part, a considéré la cérémonie d’aujourd’hui « très importante pour l’époque actuelle, également parce que les persécutions ne se sont pas terminées avec la Seconde Guerre mondiale ». « Même la nécessité d’assurer une protection internationale n’a pas pris fin avec cette période. Malheureusement, l’histoire nous a montré qu’Aristides de Sousa Mendes continue d’être une réalité aujourd’hui et c’est pourquoi il est important que ces valeurs soient rappelées », a-t-il ajouté.

A son tour, le Président de l’Assemblée de la République, Eduardo Ferro Rodrigues, dans son discours lors de la cérémonie, a déclaré qu’Aristides de Sousa Mendes gagnerait une place au panthéon avec « certains des plus insignes des héros nationaux tels que Almeida Garret ou Sophia de Mello Breyner Anderson ou Humberto Delgado.

Ferro Rodrigues a également souligné qu’Aristides de Sousa Mendes « a défié l’idéologie fasciste en invoquant son exemple, une défense des valeurs de liberté et de dignité de la personne humaine ».

« Une initiative qui méritait un large consensus parlementaire qui trouve son origine dans le projet de résolution présenté par la députée Joacine Katar Moreira et dans le programme de pantonisation confié avec succès au groupe de travail de remise des distinctions d’Aristides Sousa Mendes, comprenant des représentants d’autres groupes parlementaires, un seul député et non -les députés inscrits », a-t-il souligné.