Le ministre s’exprimait à l’issue de la Conférence de haut niveau pour le lancement de l’étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) « Diriger le changement : l’avenir du travail dans le secteur automobile portugais », qui s’est tenue aujourd’hui à Lisbonne.

Se référant aux principales conclusions de l’étude, Ana Mendes Godinho a souligné la nécessité de promouvoir des manières de valoriser les travailleurs, de valoriser les salaires et d’encadrer de nouvelles formes de travail, afin qu’il soit possible d' »attirer et de retenir » les travailleurs, en particulier les plus jeunes, dans un secteur pressé de changer rapidement par l’évolution technologique et par des réglementations environnementales de plus en plus exigeantes.

Le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale a également souligné le fait que l’étude pointe la nécessité d’assurer « une capacité effective de formation et de requalification capable de s’adapter à la rapidité et à l’évolution nécessaire qu’exige cette industrie ».

Dans ce contexte, il a lancé un défi à la filière pour créer un programme de formation « axé sur cet avenir » du travail dans le secteur automobile, « sur mesure et en collaboration avec l’industrie » car, a-t-il expliqué, « c’est la meilleure façon d’anticiper les tendances et les besoins » et de répondre à « l’ambition d’être leader dans ces rangs des nouvelles mobilités ».

« Cette étude souligne également la nécessité pour cette transition technologique et numérique d’être une partie active de la négociation collective afin de garantir que des solutions adaptées au secteur soient trouvées », a déclaré le ministre, soulignant le fait que l’Agenda do Trabalho Degno (la proposition récemment approuvée par le Gouvernement) visent à répondre à plusieurs des problèmes identifiés dans l’étude, que ce soit en termes de valorisation des jeunes sur le marché du travail, de lutte contre la précarité et de valorisation de la négociation collective.

Plus tôt, lors d’une table ronde à laquelle ont participé des représentants d’entreprises et de travailleurs, plusieurs avertissements avaient déjà été lancés à la suite des conclusions de l’étude, le président de la Confédération du commerce et des services du Portugal (CCP), João Vieira Lopes, notant être d’accord avec le lire que l’imprévisibilité qui entoure le secteur au Portugal « peut être résolue simplement avec une rigidité dans le cadre de l’employabilité ».

« Il doit y avoir de la flexibilité avec des points d’équilibre s’ajustant à l’évolution du marché », a défendu João Vieira Lopes, précisant que « nous ne diabolisons pas ‘l’externalisation’, mais la gestion de manière équilibrée par rapport aux autres modes de contractualisation ».

Le président du PCC a également averti que l’industrie automobile portugaise prend « un grand risque », car elle est basée sur des moteurs à combustion, donc « soit elle parvient à se reconvertir et à trouver des issues, soit elle risque de perdre la guerre à moyen et long terme ». terme ».

José Couto, président de l’AFIA – Association des fabricants de l’industrie automobile, qui a participé au nom de la Confederação Empresarial de Portugal (CIP), a commencé son intervention par une critique de l’étude pour le fait qu’elle ait laissé de côté l’industrie des composants.

En jeu, a-t-il dit, 350 entreprises (un tiers des 1 100 qui composent le « cluster » de l’industrie automobile), avec 61 000 travailleurs, représentant 16 % des exportations portugaises.

Se concentrant sur l’étude et le secteur, José Couto a souligné les millions d’emplois menacés au niveau européen avec la tendance à la décarbonation qui pointe vers la fin des moteurs à combustion.

Soulignant l’aspect salarial analysé dans l’étude, la secrétaire générale de la CGTP, Isabel Camarinha, a souligné le fait qu’il montre qu’en moyenne, dans ce secteur, les femmes gagnent 320 euros de salaire de moins que les hommes et aussi parce que le Portugal est le deuxième pays ( seulement derrière la Hongrie) où la part des frais de personnel n’atteint pas 10 %.

Sur le plan des relations d’emploi, le dirigeant de la CGTP a déclaré que « l’activité dans le secteur automobile est marquée par une armée de travailleurs que les entreprises de travail temporaire fournissent à leur tour », estimant que l’Agenda du travail décent ne répond pas à ces problèmes et mettant en garde contre des inégalités croissantes. .

Représentant l’UGT, Rui Miranda, secrétaire général du SINDEL (Syndicat national de l’industrie et de l’énergie), a défendu que le Portugal doit garantir qu’il continue d’avoir une production de voitures, qu’elles soient électriques ou hybrides.

De plus, a expliqué le syndicaliste, les enjeux du secteur automobile vont au-delà et passent par d’autres aspects que la simple appréciation salariale, il faut aussi se pencher sur la réalité des jeunes qui valorisent de plus en plus la conciliation vie personnelle-travail. .