Tiago Pitta e Cunha, travaillant depuis deux décennies dans le domaine des politiques océaniques et administrateur de la fondation créée en 2017 et dédiée à la protection des océans, défend l’importance stratégique des océans pour le Portugal, de l’exploitation des ressources biologiques comme les algues et les bivalves, qui envisage les matières premières du futur, jusqu’à l’exploitation de l’éolien « offshore » et du transport maritime.

Le spécialiste affirme que le Portugal doit avoir une stratégie et un plan pour explorer son « économie bleue », mais aussi investir dans les aires marines protégées, pour préserver la biodiversité restante, un domaine de travail pertinent de la fondation Oceano Azul et le thème central de Conférence des Nations Unies sur les océans, organisée par le Portugal avec le Kenya et qui aura lieu à Lisbonne du 27 juin au 1er juillet.

Tiago Pitta e Cunha rappelle le soutien de la fondation à la création de la plus grande aire marine entièrement protégée d’Europe, dans les îles Selvagens et la proposition de créer un parc marin en Algarve et l’implication dans la création de nouvelles aires marines protégées aux Açores.

« La Fondation Oceano Azul n’a pas attendu que les gouvernements commencent à essayer de stimuler ces processus de création d’aires marines protégées », déclare Pitta e Cunha, qui estime qu’il fait ce qu’il faut pour aider à la santé des océans, donc les gouvernements de la planète le font aussi, à commencer par le Portugal, qui doit comprendre qu’il peut devenir un pays très important d’un point de vue économique. La Fondation a fait valoir que la bioéconomie bleue jouera un rôle crucial pour répondre à certains des défis mondiaux, créant même un programme (« Blue Bio Value »), un accélérateur d’entreprises pour les start-up de biotechnologie bleue.

Le responsable estime également qu’il est possible pour le Portugal d’atteindre la fin de la décennie en tant que puissance maritime comme la Norvège.

Avec une différence. Si la Norvège est une puissance maritime dans la pêche, l’aquaculture, le pétrole et le gaz naturel, le Portugal peut être une puissance « du nouveau paradigme de l’économie du XXIe siècle, qui est l’économie de l’environnement et la conservation de la nature dans le cadre de la économie ».

« Nous avons un énorme potentiel d’énergie de la mer, nous avons un énorme potentiel d’éolien offshore flottant et nous avons le potentiel de combiner les deux », car les plates-formes sur lesquelles reposent les éoliennes pourraient être utilisées pour des projets d’aquaculture d’algues et de bivalves. .

Ces turbines à double usage permettraient au Portugal de devenir producteur et exportateur d’énergie et en même temps de créer tellement de protéines à partir d’algues et de bivalves que le pays pourrait devenir, à l’avenir, « le véritable grenier sous-marin de l’Europe », dit-il. .

« Pourquoi ne se dirige-t-on pas vers ces solutions et pourquoi ne fait-on pas de la biotechnologie ? », s’interroge le spécialiste, notant que les turbines produiront de l’énergie non polluante et que les bivalves et les algues contribueront à désacidifier les océans en supprimant carbone, « parce que 40% d’une coquille de bivalve est en carbone. »

Et produire de l’énergie en haute mer, dit Pitta e Cunha, a un autre avantage, celui d’être plus proche des consommateurs. Car des parcs éoliens à 15 kilomètres de la côte seraient proches des consommateurs, qui vivent majoritairement le long de la côte.

« Nous devons commencer à penser en ces termes et nous devons commencer à passer des stratégies aux plans concrets, en développant ces domaines pour essayer de devenir la soi-disant puissance du 21e siècle », dit-il, en incluant la biotechnologie dans ces stratégies, qu’il va, dit-il, « créer une grande révolution, non seulement économique, mais dans la façon dont nous utilisons les ressources naturelles de la planète ».

Tiago Pitta e Cunha admet qu’il reste encore beaucoup à faire pour changer les mentalités au Portugal, notamment le recyclage ou la réduction de la production de déchets.

C’est pourquoi la fondation a créé en 2019 le programme « Éduquer pour une génération bleue » dans les écoles, qui comprend un manuel et qui, à la fin de l’année dernière, avait déjà impliqué environ 17 000 élèves.

Un autre projet de la fondation, plus pratique, rassemble des organisations qui collectent les ordures sur les plages. Pitta e Cunha pense que celui qui ramasse des ordures sur la plage ne jettera jamais d’ordures sur la plage, mais il ajoute : « ce qui est étrange, c’est qu’il y a encore des gens qui laissent des ordures sur les plages ».

Pitta e Cunha rappelle que la plupart de la législation environnementale qui existe au Portugal vient de Bruxelles et non de l’Assemblée de la République, et que si le Portugal n’était pas dans l’Union européenne « ce serait dans la préhistoire de la durabilité environnementale ».

« Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est que chacun prête plus d’attention à ces questions, mais en commençant par les décideurs, les décideurs politiques, mais aussi les décideurs économiques, qui devraient chercher dans le cadre de leur responsabilité sociale à amener leurs employés à comprendre ces choses ».

Tiago Pitta e Cunha espère que la Conférence Océans sera d’une certaine utilité dans cette affaire de sensibilisation des Portugais, car au Portugal les taux de responsabilité environnementale « sont très bas », et dit que le pays a besoin, dans ce domaine, de « mettez un changement en dessous et accélérez vers le bas ».

PF // JMR