Après trois ans de paix relative avec les militaires, João Gomes Cravinho est entré dans un champ de mines il y a près de deux mois, en imposant la réforme de l’organisation des commandements des forces armées et des compétences des chefs des trois branches – Marine, Armée et Air Force . Le malaise était tel que, compte tenu de l’impossibilité constitutionnelle de manifester son mécontentement de la part du secteur, il a gagné un front de contestation médiatique, avec 28 anciens hauts gradés, dirigés par l’ancien président de la République, le général Ramalho Eanes. Le ministre de la Défense, qui a été la réponse d’António Costa au départ opportun d’Azeredo Lopes, en raison du scandale de l’assaut de Tancos, a déjà assuré que, ici ou là, il pourrait y avoir un ajustement au plan, qui est resté dans le tiroir. pour plusieurs gouvernements et est maintenant au Parlement.

A 57 ans, Gomes Cravinho est accusé par les associations militaires d’avancer unilatéralement avec un changement au sommet des structures, sans montrer la volonté de négocier, alors que les forces armées sont aux prises avec le manque chronique de personnel et de matériel au vu de les exigences des opérations dans le cadre de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) et de l’ONU (Nations Unies). C’est une image diamétralement opposée à celle que le gouverneur cultive avec ses proches et avec ceux avec qui il travaille depuis son arrivée à Lisbonne, en provenance de la London School of Economics, à la fin des années 1980.

Politique Il a suivi les traces de son père, João Cravinho, dans les années 1990, et est devenu secrétaire d’État à Socrates, étant l’un des responsables du traité de Lisbonne (TL) et du sommet UE-Afrique. Ci-dessus, sur la prise de fonction en tant que ministre, avec l’équipe de négociation TL et avec Kofi Annan

Très vite, le ministre actuel est apparu. Après avoir terminé ses études universitaires en économie et relations internationales, et terminé un an et demi à l’école des sergents de l’armée, où il était milicien (embauché), l’Enseigne Gomes Cravinho a prouvé qu’il avait les gènes de la politique. Des quatre enfants de João Cravinho, ancien ministre des infrastructures du gouvernement de Guterres, avec la britannique Ann Titterington, il est le seul à suivre, dans sa jeunesse, les traces de son père. Les trois autres – Andrea, Julia et David – ont choisi de rester à l’écart des projecteurs. En 1991, à l’âge de 26 ans, il a présenté une étude dévastatrice pour le gouvernement d’alors de Cavaco Silva, concluant que l’abstention politique de la communauté portugaise dans la question de l’apartheid était interprétée par les citoyens noirs comme un soutien au régime.

Financé par Bruxelles et le Centre d’information et de documentation Amílcar Cabral (CIDAC), le rapport Portugais en Afrique du Sud. Portrait politique d’une communauté d’émigrants a cité le célèbre professeur Es’kia Mphahlele: «[Os portugueses] Ils sont plus racistes que les pires des colonialistes blancs. Gomes Cravinho a jeté cette pierre dans l’étang, tout en préparant la traduction de la pièce Fera Amansada, de William Shakespeare, à la demande de l’actrice et réalisatrice Graça Lobo, des sources proches de la famille ont avancé vers VISION. En 1994, il était un observateur international, lors des premières élections historiques post-apartheid, qui ont conduit Nelson Mandela à la présidence de l’Afrique du Sud.

Les forces armées avaient, en 2020, 771 incorporations de plus qu’en 2019

À son retour du doctorat à Oxford, en 1995, il a commencé à développer un parcours académique. Il a créé le cours de relations internationales à l’Université de Coimbra, avec José Manuel Pureza, Boaventura de Sousa Santos et Luís Moita. «Nous avons pensé et conçu un programme novateur et réussi. João, avec qui j’ai une camaraderie académique et des liens d’amitié personnels, a apporté la notion et la réflexion sur la coopération internationale, cimentée par un militantisme des jeunes qu’il aura eu au CIDAC », signale Pureza. L’actuel député de BE au Parlement refuse de commenter la réforme des forces armées, mais loue son confrère académicien: «J’ai une image de rigueur, de dialogue et de liberté de pensée.»

À l’invitation du Secrétaire d’État aux affaires étrangères, Luís Amado, en 1999, il a préparé le rapport sur l’avenir du Timor-Leste après le référendum sur l’indépendance. Et il est devenu le représentant de l’État à l’OGMA – Indústria Aeronáutica de Portugal, nommé par Júlio Castro Caldas, ministre de la Défense. Il est déjà à l’âge de 36 ans, proche de la démission de Guterres en 2001, qui a prêté serment en tant que président de l’Institut portugais de coopération. En avril 2002, il a démissionné au début de l’administration de Durão Barroso, pour avoir été en désaccord avec la fusion d’ICP avec l’Agence portugaise de soutien au développement.

Famille et marathons
Gomes Cravinho est marié à Jessica Rachel Hallett, qui l’a accompagné, en tant qu’ambassadeur de l’Union européenne, en Inde et au Brésil, de 2011 à 2018. Ce spécialiste de l’art islamique et conservateur du musée Gulbenkian était la marraine de la NPO Setúbal, l’un des nouveaux patrouilleurs océaniques de la Marine, en 2019. Le ministre est un passionné de courses – le dernier, digne de ce nom, a été le semi-marathon de Lisbonne en 2019. Mais, dimanche dernier, il a participé à un cross-country à Torres Vedras . Il adore découvrir les sentiers. En août de l’année dernière, il a perdu son orientation à Portela do Homem, Terras de Bouro, quand il s’est égaré dans la brousse. Elle a deux enfants adultes, Helena et João Pedro, qui fréquentent l’enseignement supérieur à l’étranger. Après le lycée à l’UWC Atlantic College, au Pays de Galles, elle est allée aux États-Unis pour faire des études d’économie à Yale. Il suivit davantage la route de sa mère et paria sur l’Histoire et l’Archéologie, à Edimbourg, au Royaume-Uni. Il y a peu de moments où ils apparaissent ensemble en public. L’un des derniers événements au cours desquels cela s’est produit a eu lieu en septembre 2020, avec Gomes Cravinho, accompagné de son père, de son oncle et de son fils, inaugurant le monument aux combattants, à Alte (Loulé), d’où la famille est originaire.

Vos proches veillent à ce que vous soyez guidé par la ponctualité britannique. L’un des meilleurs exemples, soulignent-ils, s’est produit en février 2007, alors qu’il était déjà secrétaire d’État à la coopération, à l’invitation du ministre des Affaires étrangères, Freitas do Amaral. A Paris, lors de la conférence du Liban, il a prévenu le protocole français qu’il devrait prendre la parole jusqu’à 13 heures. Il a quitté l’événement à 13 h 15, car il avait encore trois orateurs devant lui. Avec le secrétaire général de l’ONU nouvellement élu, Ban Ki-moon, et la secrétaire d’État des États-Unis, Condoleezza Rice, dans la salle, le président français Jacques Chirac s’est même demandé si le Portugal était toujours là pour intervenir.

Selon Ana Gomes, avec qui Cravinho est tombé au Timor-Leste, le ministre de la Défense « ne se limite pas à la branche, il est très bien préparé et avec un énorme sens pratique ». Elle l’aura démontré avec la présidence portugaise effective de l’Union européenne, en 2007, lors de l’organisation du sommet Europe-Afrique. «C’était un excellent secrétaire d’État à la coopération et j’ai été très heureux qu’il ait remplacé Azeredo Lopes», admet l’ancien député européen, qui remet en question «la méthodologie de la réforme qui a conduit à la réaction des ex-chefs militaires» . «Quand j’ai vu Ramalho Eanes, quelqu’un de si réservé, à la tête d’un groupe critique, j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas. Il est nécessaire de discuter de ce sujet, sur lequel je n’ai pas d’objections majeures, s’il se traduit par une plus grande rationalisation et des synergies dans les secteurs », souligne-t-il.

L’une des dernières réalisations sous le gouvernement de José Sócrates a été de faire siéger le pays au Conseil de sécurité de l’ONU, en tant que membre non permanent – ce qui s’est produit après le départ du PS, avec Gomes Cravinho attaquant à l’époque sur les réseaux sociaux le sentiment anti-Socrate ».

Famille Marié à l’expert en art islamique Jessica Hallett, Cravinho révèle peu de choses sur sa vie privée, comme cela s’est produit à Alte, où il était avec son fils, son père et son oncle

Un profil parfait pour Costa pour calmer une zone sous le feu de la direction d’Azeredo Lopes. Bien que l’ancien ministre soit parti en raison de l’enquête sur le vol d’armes à Tancos, il avait accumulé d’autres polémiques, comme des décès dans les Commandos ou des discriminations homosexuelles au Collège militaire, qui ont conduit au limogeage du chef d’état-major de l’armée. Mais, pour le secteur, Gomes Cravinho a initié plusieurs ruptures – dont la première, dans les relations avec les représentants de l’armée. « Cela a mis fin à la tradition d’avoir un militaire comme chef d’état-major, optant pour un diplomate », a déclaré António Costa Mota, de l’Association des officiers des forces armées (AOFA), qui accuse le dirigeant de « quelque arrogance et arrogance ». «Il ne gère pas bien les critiques. Il est ministre depuis trois ans et n’a reçu l’AOFA qu’une seule fois », se lamente-t-il.

Rapporté contre
apartheid, gauche Chirac
pendu et critiqué
«Sentiment atavique
anti-Socrate »après
chute du gouvernement PS

Dès que le gouvernement a annoncé son intention de se concentrer sur le chef de l’état-major général des forces armées, Silva Ribeiro, les pouvoirs des commandants des trois branches, « des auditions ont été demandées à 16 entités ». « Un mois s’est écoulé, le Parlement a généralement adopté la loi sur la défense nationale et la loi organique fondamentale des forces armées, et le ministère de la Défense ne nous a même pas répondu », critique-t-il.

Cravinho a souligné le «très large soutien» à la réforme, du fait que le PSD est du côté du PS. Cependant, les changements que le Parlement apportera aux diplômes sont inconnus et si Marcelo Rebelo de Sousa, qui est le commandant suprême des forces armées, promulgue les changements. Pour l’instant, a appris la VISION, le ministre va réaliser un scénario que Costa aura envoyé aux bureaux: accélérer la mise en œuvre des réformes bloquées en 2020.

Route

De Londres à Restelo, où se trouve le ministère de la Défense, en passant par l’Inde et le Brésil

Gym
À la London School of Economics, il détient une licence et une maîtrise en économie jusqu’en 1987. Il est ensuite retourné à Oxford, où il a terminé son doctorat en 1995.

Coimbra
Crée le cours de relations internationales, à l’Université de Coimbra, en 1996.

Consultatif
Conseiller de Luís Amado, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, de 1999 à 2000.

La coopération
Président de l’Institut portugais de coopération, de 2001 à mi-2002.

Gouvernement
Secrétaire d’État aux affaires étrangères et à la coopération, de 2005 à 2011.

Diplomatie
Ambassadeur de l’UE en Inde et au Brésil, entre 2011 et 2018. Départ pour le ministère de la Défense.