«L'adhésion à la grève à Modivas était comprise entre 60% et 70%, dans la partie production», a déclaré le coordinateur du Syndicat des travailleurs des industries alimentaires du Nord (STIANOR), José Correia, qui est également ouvrier dans le L'unité Modivas de Limasgal.

"A Modivas (la grève) s'est plutôt bien passée, dans les deux autres usines (Oliveira de Azeméis et Tocha) l'adhésion n'était pas si bonne", a admis le fonctionnaire, justifiant la différence avec le fait qu'à Modivas, il y a plus de jeunes ouvriers avec bas salaires de 650 euros.

«(À Modivas) la production ne s'est pas complètement arrêtée, car il y avait toujours un élément ou un autre qui allait travailler et, dans la partie collecte, l'entreprise a même institué un remplacement des éléments qui étaient en grève», a accusé José Correia.

STIANOR a également déclaré qu'il allait désormais donner à l'entreprise «un délai» pour réagir à la grève, mais s'il n'y a pas de réponse favorable aux travailleurs, «le combat continuera».

"C'est à ce stade qu'il faut développer la lutte, car les entreprises font les budgets pour l'année prochaine", a souligné le coordinateur syndical, qui a également regretté que la pandémie de covid-19 soit utilisée pour reculer concernant le processus de négociation collective.

Les travailleurs de Lactogal étaient en grève entre 20 heures lundi et 12 heures aujourd'hui, pour défendre les augmentations de salaire, l'ancienneté et les subventions de repas et se sont concentrés près de l'usine Modivas à Vila do Conde.

La grève a eu lieu dans toutes les unités de fabrication, plates-formes logistiques et délégations commerciales.

Les travailleurs demandent des «augmentations de salaire décentes», le remplacement de l'ancienneté et le paiement d'une allocation de repas à tous les travailleurs.

L'entreprise a appliqué des augmentations de salaire de 1%, mais les travailleurs demandent l'application des augmentations de 30 et 35 euros convenues dans le cadre du contrat collectif de travail du secteur, publié il y a environ deux mois.

José Correia a expliqué à Lusa que les travailleurs de Lactogal ne reçoivent pas d'indemnité de repas car ils peuvent déjeuner ou dîner dans la cafétéria de l'entreprise, mais beaucoup d'entre eux ne bénéficient pas de cette possibilité car, compte tenu de l'heure de début et de fin des équipes, ils choisissent de faire le repas à la maison.

"Par conséquent, les travailleurs préfèrent recevoir des subventions pour les repas", a déclaré le dirigeant syndical.

Les quarts de travail rotatifs chez Lactogal varient entre l'entrée à 21h00 et le départ à 5h00, l'entrée à 5h00 et le départ à 13h00 et l'entrée à 13h00 et la sortie à 21h00.

Lactogal, qui conditionne le lait et produit du lait au chocolat, des yaourts, du fromage et du beurre, emploie environ 1 400 travailleurs.

MPE (RRA) // MAG

Le contenu Greve na Lactogal avec 60% à 70% d'adhésion dans l'unité Modivas – Sindicato apparaît en premier dans Visão.