En cause, une mesure PS, modifiant OE2022, qui détermine que l’âge d’option pour le régime qui permet aux jeunes de ne payer l’IRS que sur 50 % des revenus « est prolongé jusqu’à 30 ans, inclus, dans le cas du cycle d’études ». correspond au niveau 8 du Cadre National des Certifications [Doutoramento]”.

En pratique, et compte tenu que l’OE2022 allonge la période pendant laquelle les jeunes peuvent bénéficier d’une réduction sur l’IRS de trois à cinq ans, un jeune qui termine son doctorat à 30 ans pourra bénéficier de cette mesure jusqu’à il a 35 ans.

Dans la proposition SO2022 que le gouvernement a envoyée au parlement et dont le vote global final est prévu pour le 27 mai, l’âge d’option devait aller jusqu’à 28 ans.

Cette exonération partielle d’IRS couvre le travail salarié et indépendant, l’OE2022 précisant que les jeunes âgés de 18 à 26 ans « sont partiellement exonérés d’IRS, dans les cinq premières années d’obtention de revenus du travail après l’année de fin du cycle d’études ». égal ou supérieur au niveau 4 du Cadre National des Certifications ».

Il s’agit d’un enseignement secondaire obtenu par le biais de cursus à double certification ou d’un enseignement secondaire visant à poursuivre des études supérieures assorties d’un stage professionnel – d’une durée minimale de six mois.

La mesure s’applique dans la première année de revenus après la fin du cycle d’études et dans les quatre années suivantes, à condition que l’option soit exercée jusqu’à l’âge maximum prévu et en années « consécutives ou interpolées, à condition que l’âge maximum de la l’assujetti ne dépasse pas l’âge de 35 ans inclus.

L’exonération sera de 30 % les deux premières années, de 20 % les deux années suivantes et de 10 % la dernière année, avec des limites de, respectivement, 7,5 fois la valeur de l’indice de soutien social (IAS), cinq fois la valeur IAS et 2,5 fois la valeur IAS.

Cette exonération ne peut être utilisée qu’une seule fois par un même assujetti, la nouvelle proposition de l’OE2022 prévoyant que l’identification fiscale des jeunes qui achèvent chaque année l’un des niveaux d’études couverts, « est communiquée à l’administration fiscale et douanière sous les termes seront définis par ordonnance conjointe des membres du Gouvernement chargés des finances, de l’enseignement supérieur et de l’éducation ».

Les jeunes doivent indiquer dans la déclaration de l’IRS qu’ils entendent bénéficier de ce régime fiscal, et cette année, pour la première fois, les contribuables qui remplissent les conditions connues par l’AT et n’ont pas invoqué le régime, sont alertés lorsqu’ils font la simulation de la déclaration pour manifester l’intention de bénéficier du Youth IRS.

LT/AAT/JF // MSF