Une autre étude sur les décès excessifs au Portugal pendant la pandémie a indiqué les dommages collatéraux de l'accent mis sur Covid-19.

Moins de 47% du «nombre de décès supérieurs à la moyenne» au cours du mois dernier avaient quelque chose à voir avec le virus.

La critique des gouvernements mondiaux «ignorant» d’autres maux et maladies est confirmée par les chiffres.

Ces derniers chiffres, publiés aujourd'hui par l'INE – institut national de statistique – se réfèrent à la période du 5 octobre au 1er novembre, au cours de laquelle cette année il y a eu 1 132 décès de plus que la moyenne des cinq dernières années.

Sur ce total, seulement 526 ont été attribués au Covid-19.

En prenant la période pandémique dans son ensemble, et les proportions s'aggravent. Depuis le 2 mars et le 1er novembre, seuls 29,3% des 8 686 «décès supplémentaires» ont été imputés à Covid.

Le total national des décès pour cette période était de 77 249. Selon l'INE, l'augmentation marquée du nombre de décès nationaux a été «l'une des conséquences les plus dramatiques des effets de la pandémie». C’est encore plus dramatique quand on se rend compte qu’une si petite «proportion d’entre eux» était due au virus.

Les chiffres de l’INE sont également révélateurs en termes de chronologie. «Plus de 70% des personnes décédées entre mars et novembre avaient 75 ans ou plus, et 60% avaient 85 ans ou plus (32 878).

Par rapport au nombre moyen de décès entre 2015 et 2019, 7 449 «personnes de plus sont décédées à l'âge de 75 ans ou plus, dont 5 802 avaient 85 ans ou plus».

Les décès étaient répartis de manière assez égale en termes de sexe: 38 262 étaient des hommes, 38 987 femmes.

Selon le rapport de l'INE, 46 125 décès sont survenus dans les hôpitaux (soit encore 2868 de plus que le nombre moyen de décès hospitaliers au cours des cinq dernières années) tandis que 31.124 sont survenus «  à domicile ou ailleurs '', ce qui est extrêmement inquiétant car cela représente un augmentation par rapport à la moyenne sur cinq ans de 5 817.

Les autorités ont déclaré qu’elles étudieraient les raisons du nombre élevé de décès excessifs en 2020 jusqu'à présent (sachant qu’elles ne peuvent pas être «imputées à Covid»), mais depuis qu’elles ont dit cela, rien n’a été mentionné.

Lorsqu'on lui a demandé à l'origine, cet été, les raisons possibles de l'augmentation du nombre de décès excessifs, la directrice de la santé de la DGS, Graça Freitas, a suggéré que cela pourrait être dû à des «vagues de chaleur». Cette suggestion a coupé peu de glace avec les critiques qui suggèrent que la raison est beaucoup plus due à l’annulation par les services de santé de milliers de consultations, de chirurgies et de tests de routine depuis l’installation de la pandémie.

En fait, Porto IPO (l'hôpital du cancer) semble le confirmer aujourd'hui dans un texte dans lequel son directeur chirurgical déclare à l'agence de presse Lusa que l'hôpital est «préoccupé» par la réduction du nombre de nouveaux cas référés pour un traitement initial.

Le nombre de personnes ayant reçu un premier diagnostic de cancer du sein à l’hôpital a diminué de 26% depuis le début de la pandémie, tandis que la détection des tumeurs digestives a diminué de 33%.

«Nous ne voulons pas créer de problèmes, nous voulons trouver des solutions», explique Joaquim Abreu Sousa. «Nous avons le devoir éthique de souligner la nécessité pour les patients atteints de cancer de continuer à avoir accès à un diagnostic précoce et à un traitement adéquat.

«À mon avis, il n’est pas acceptable de transmettre l’idée que le succès du traitement des maladies plus meurtrières que Covid, comme le cancer et les maladies cardiovasculaires, dépend du succès du traitement de Covid», a-t-il ajouté.

«Il est évident qu'une grande partie des ressources et des efforts est consacrée au traitement des patients Covid», a poursuivi le directeur de la chirurgie… «Je ne porte pas de jugement de valeur. Mais à l'heure actuelle, il y a une panique généralisée à propos de Covid dans la mesure où les maladies dont la létalité est beaucoup plus élevée sont en retard de diagnostic et de traitement. Si j'ai une réduction (du renvoi des premiers cas) d'un tiers par rapport à la même période l'année dernière, il se passe quelque chose ici… »

natasha.donn@algarveresident.com