Je sens… »Une pause résonne au téléphone. La voix sereine, dotée de ce timbre particulier d’Eunice Muñoz, encore affaiblie par la maladie qui a trahi sa thyroïde, cherche des mots qui permettent de condenser une vie extraordinaire en une brève réponse sur ce que signifie terminer huit décennies consacrées au plus noble art de la représentation. «Je ne sais même pas comment vous le dire. C’est difficile. Il y a de nombreuses années, de nombreuses phases de ma vie, beaucoup de travail, beaucoup de lutte; mais j’ai plus de bonheur que de tristesse », confie l’actrice de 92 ans à VISÃO. De ce côté, nous avons la déférence réservée à ceux qui peuvent revendiquer, sans fausse modestie, une liste d’épithètes superlatives: Eunice Muñoz est un monument national, une excellente actrice, matriarche des scènes que des millions de Portugais reconnaissent. Mais peu se souviendront qu’elle a fait ses débuts en 1941, à l’âge de 12 ans, sur les planches du Théâtre National D. Maria II. Et ce sera là que les célébrations de cette vie consacrée au théâtre, au cinéma, à la télévision et à la poésie seront également exaucées – un souhait d’Eunice elle-même.

Pour dominer ces célébrations de huit décennies de carrière, il y a une nouvelle pièce:La marge du tempsqui mettra en vedette Eunice Muñoz elle-même, qui revient ainsi sur la scène d’où elle était absente depuis 2011, quand elle a jouéLe siège de Leningrad, de José Sanchis Sinisterra, à l’Auditorio Municipal Eunice Muñoz, à Oeiras (en 2012, en raison d’une chute au Teatro Nacional D.Maria II, la pièce qui le mettrait en vedette serait annulée,Le train Aube, par Tennessee Williams). À côté d’Eunice, sera sa petite-fille, également actrice Lídia Muñoz. C’est celui qui explique le projet partagé: «Nous avons choisi cette pièce incroyable de Franz Xaver Kroetz, dans laquelle il n’y a pas de texte, seulement didascália, mise en scène par Sérgio Moura Afonso. Conçu pour deux actrices, c’est en quelque sorte un témoignage. Nous avons cherché ce texte pendant des mois et, quand nous l’avons trouvé, nous avons confirmé qu’il était très bon. Et il est difficile de supporter une heure de spectacle sans parler… »

Le dramaturge allemand Franz Xaver Kroetz, qui a travaillé avec Fassbinder et a reçu le prix Brecht 1995, auteur de plus de quarante pièces de théâtre et de scénarios télévisés, est très présent sur les scènes allemandes et françaises. «La pièce initialement intitulée Wunschkonzert,a été traduit en portugais parMusique pour vous, mais dans notre version, nous avons choisi d’utiliser le titreLa marge du temps», Souligne Lídia Muñoz. Écrit en 1971, c’est un monologue remarquable sur la solitude et le sens vide de la vie dans les sociétés contemporaines dominées par le capitalisme. La protagoniste est Mme Rasch: une femme d’âge moyen, une ouvrière d’usine et une solitaire, qui, de retour de son travail, range sa maison, fait de petites corvées, écoute son émission de radio préférée (appelée Musique pour elle-même) et décide de se suicider. . Au Portugal,Musique pour vousa été emmenée sur les lieux à plusieurs reprises: Isabel de Castro a pris la scène du Teatro da Cornucipto éteint, dans une mise en scène de Jorge Silva Melo et Luís Miguel Cintra, en 1978. En 2008, c’était au tour d’Eugénia Bettencourt de jouer Senhora Rasch au Teatro Municipal Mirita Casimiro (dans le cadre de l’expositionIsabel de Castro – L’actrice, le visage); en 2009, Ana Bustorff est montée sur scène à la Companhia de Teatro de Braga, la pièce remportant le titreConcert à la carte.

La musiquepour elle, il a également été transformé en film par le réalisateur Solveig Nordlund, Isabel de Castro reprenant le personnage. La pièce a également été publiée en livre, dans la compilationHaute-Autriche et autres régions, de Franz Xaver Kroetz, publié en 2014 dans la collection Livrinhos do Teatro de l’éditeur récemment disparu Livros Cotovia. Mais la pertinence de cette femme qui ne dit pas un mot sur scène, laissée au désespoir doux, demeure. Et Eunice Muñoz va maintenant vous faire vôtre. Les débuts deLa marge du tempsest prévue en mars, à l’Auditorium municipal Eunice Muñoz, à Oeiras (permettez donc la pandémie), qui sera suivie d’une «petite tournée internationale», prévue en mai.

Eunice Muñoz en 1941, date à laquelle elle a fait ses débuts dans la pièce grand vent, mis en scène par la société Rey Colaço / Robles Monteiro

Au Théâtre National D. Maria II, 80 ans de carrière seront célébrés en novembre, aux jours proches du 28 novembre pour «marquer la valeur symbolique des débuts d’Eunice à cette date», déclare le directeur artistique reconduit, Tiago Rodrigues à VISÃO . Au-delà du spectacleLa marge du temps, le programme comprendra d’autres activités qui «suivent bien le chemin généreux et courageux d’Eunice Muñoz», remplissent la vocation de service public au théâtre et honorent la remarquable relation entre l’actrice et TNDMII. Face aux succès de la programmation causés par une pandémie 2020, Tiago Rodrigues souligne que le théâtre présentera, cette année, des textes internationaux et des originaux portugais. Et il en profite pour rendre hommage: «Eunice est une référence pour les nouvelles générations; a suivi et aidé, avec tendresse et générosité, les plus jeunes artistes.

Née dans une famille d’acteurs, le 30 juillet 1928, à Amareleja, Eunice se fait connaître dans la piècegrand vent(1941), de Virgínia Vitorino, avec la compagnie Rey Colaço-Robles Monteiro, dans la grande maison du Rossio. Elève de l’Ecole de Théâtre du Conservatoire National, a terminé le cours avec 18 valeurs. Il a travaillé avec tous les historiens nationaux du théâtre (Palmira Bastos, João Villaret, Vasco Santana, António Silva, Ruy de Carvalho, Glicínia Quartín ..), interprété les textes classiques (Fedra, par Racine;La voix humaine, par Jean Cocteau;Les bonnes,Genet;Mère Courage,Brecht;La femme de chambre Zerlina, par Hermann Broch…), embrassait des rôles contemporains (franc maçon, par Lídia Jorge;Doute, par John Patrick Shanley;L’année de la pensée magique, de Joan Didion…), fait de la comédie et de la télévision (créée dans des feuilletons en 1993, comme D. Branca dansLa Banque populaire), réalisé au cinéma (filmé par Leitão de Barros, Lauro António, João Botelho, Tiago Guedes…), a remporté des prix et des applaudissements au cours d’une carrière de quatre-vingt ans. Félicitations, Eunice Muñoz.

Le contenu Eunice Muñoz, 80 ans de carrière avec une nouvelle pièce à l’horizon apparaît d’abord dans Visão.