Environ 35,6 millions de personnes dans le monde souffrent de troubles causés par divers types de médicaments, les plus utilisés dans les pays développés, indique aujourd'hui le rapport annuel sur le sujet préparé par une agence des Nations Unies.

Le Rapport mondial sur les drogues 2019, auquel l'agence de Lusa a eu accès, concrétisé par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), indique également que seule une personne sur huit peut recevoir un traitement pour besoins et qu'au moins 269 millions de personnes ont consommé de la drogue en 2018, 30% de plus qu'en 2009.

La Directrice exécutive de l'ONUDC, Ghada Waly, écrit dans le résumé du rapport, publié le jour de la célébration de la Journée internationale contre l'abus des drogues et le trafic illicite, que les adolescents et les jeunes adultes sont parmi les plus gros consommateurs.

Citant le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, – «c'est le moment de la science et de la solidarité», qui a évoqué l'importance de la confiance dans les scientifiques et de travailler ensemble pour répondre à la pandémie de la covid-19 – Waly a défendu la même principe pour la lutte mondiale contre la drogue.

«Pour être efficaces, des solutions équilibrées doivent être conçues pour lutter contre la demande de drogues. Cela est plus important que jamais, car les défis de la lutte contre les drogues illicites sont devenus extrêmement complexes, aggravés par les conséquences de Covid-19 et la crise économique qui en résulte, menaçant, pour le pire, l'impact encore plus grand sur la population pauvre. , marginalisés et vulnérables », a souligné Waly.

Les données statistiques du rapport indiquent que seulement un consommateur sur trois est une femme et qu'un sur cinq qui recourt au traitement est également une femme.

Les prisonniers, les membres des minorités, les immigrants et les personnes déplacées sont également confrontés à des obstacles pour recevoir un traitement << en raison de la discrimination et de la stigmatisation >>, tandis que sur les 11 millions de personnes qui s'injectent des drogues, la moitié sont infectées par l'hépatite C et 1,4 million sont infectées par le VIH.

Les saisies d'amphétamine ont quadruplé entre 2009 et 2018 et, malgré une amélioration de la répression mondiale, les trafiquants et plusieurs scientifiques développent de nouveaux produits chimiques pour les synthétiser, ainsi que des méthamphétamines et de l'ecstasy.

"La production d'héroïne et de cocaïne reste parmi les niveaux les plus élevés enregistrés ces dernières années", a déclaré Waly, faisant valoir que la croissance de l'offre mondiale de drogues pose des défis à l'application de la loi, les risques pour la santé qu'elle pose et complique les efforts pour freiner perturbations causées par des produits illicites.

Waly dit que, dans le même temps, plus de 80% de la population mondiale, principalement de la classe moyenne inférieure, est privée d'accès au marché contrôlé des médicaments pour traiter la douleur et d'autres produits médicaux essentiels.

Plusieurs gouvernements, a-t-il indiqué, ont appelé à plusieurs reprises à un travail conjoint pour relever les nombreux défis posés par la question de la drogue dans le cadre de l'engagement pris dans les objectifs de développement durable (ODD) et, plus récemment, dans la déclaration ministérielle de 2019 approuvée par la Commission des drogues. et stupéfiants (CDN).

"Mais les statistiques indiquent que la progression de l'assistance (médicale et sociale) pour lutter contre la toxicomanie a échoué", a averti le directeur exécutif de l'ONUDC.

Pour Waly, les réponses "équilibrées, globales et efficaces" pour soutenir les toxicomanes "dépendent de la concrétisation de l'engagement pris par les différents gouvernements", qui devront apporter un soutien médical et ne laisser personne de côté.

En ce sens, a-t-il soutenu, des approches de la consommation de drogues et des maladies apparentées centrées sur la santé, fondées sur les droits et sensibles au genre devraient être adoptées afin d'obtenir de meilleurs résultats en matière de santé publique.

"Nous devons faire plus pour partager ces leçons et soutenir la mise en œuvre, principalement dans les pays en développement, notamment en renforçant la coopération avec la société civile et les organisations de jeunesse", a-t-il proposé.

Waly a rappelé que la devise de l'édition de cette année du rapport, «De meilleures connaissances pour de meilleurs soins», symbolise l'importance des preuves scientifiques pour renforcer les réponses au problème mondial de la drogue.

JSD // SR

Le contenu Environ 35,6 millions de personnes souffrent de troubles liés à la drogue – l'UNODC apparaît pour la première fois dans Vision.