Le ministère des Affaires étrangères (MNE) voit l’annulation d’un appel d’offres remporté par Efacec en Norvège « avec une grande inquiétude », et attend actuellement des éclaircissements du gouvernement d’Oslo, a déclaré aujourd’hui une source officielle à Lusa.

«L’EMN surveille cette situation avec une grande inquiétude, non seulement parce qu’un éventuel départ du contrat signifie d’un point de vue financier pour Efacec, mais aussi en raison des dommages à la réputation que la situation cause dans une entreprise leader avec une histoire de très succès sur les marchés nordiques », peut être lu dans une réponse envoyée par une source MNE officielle à Lusa, au sujet de l’annulation d’un appel d’offres remporté par Efacec en Norvège.

Selon la même source officielle, « une fois la situation connue, des contacts diplomatiques et politiques ont été immédiatement entamés, tant à Lisbonne qu’à Oslo, afin de garantir la capacité de l’entreprise à honorer le cahier des charges CRM de cet appel d’offres ».

«Nous attendons des éclaircissements du gouvernement norvégien», déclare également une source officielle du Palais des Nécessités.

Le 2 février, Efacec a vu l’annulation d’un appel d’offres de 21 millions d’euros qu’elle avait remporté en Norvège pour la construction d’une usine de biogaz, décision que l’entreprise portugaise «ne comprend pas», selon une réponse envoyée à Lusa.

En décembre, Lusa a rapporté que la société norvégienne Cambi, concurrente d’Efacec dans l’appel d’offres, l’avait contestée en raison de relations antérieures d’actionnaires avec la femme d’affaires Isabel dos Santos.

Aujourd’hui, le ministère dirigé par Augusto Santos Silva déclare que «Efacec est une entreprise d’une importance stratégique énorme pour l’économie nationale», et que l’intervention de l’État dans l’entreprise (actuellement actionnaire de 71,73% du capital) «a comme objectif principal de garantir sa valeur financière et opérationnelle, permettant la sauvegarde des emplois, la valeur industrielle, les connaissances techniques et l’excellence dans des domaines stratégiques, assurant ainsi la poursuite de l’intérêt public ».

«Le niveau d’engagement du gouvernement envers le succès d’Efacec ne peut être remis en question», réaffirme la réponse du MNE envoyée à Lusa.

En annonçant l’annulation de l’appel d’offres, la société portugaise a souligné qu ‘«il est également étrange que la plainte de la société concurrente d’Efacec, à l’origine de cette situation, ait été rejetée par l’autorité de régulation des marchés publics norvégiens – KOFA – et plus encore car la NRA a publiquement défendu le choix d’Efacec ».

La société a déclaré qu ‘«elle remplissait toutes les conditions requises lors de la phase d’appel d’offres par la NRA [a empresa pública norueguesa em causa] et par ses consultants indépendants, sélectionnés sur la base de leur expérience et de leur compétitivité ».

L’Efacec précise également qu’elle « analyse toutes les options juridiques pour faire appel de cette décision, qu’elle ne comprend pas et qu’elle n’accepte pas », ajoutant qu’elle défendra sa réputation « jusqu’aux dernières conséquences, par respect pour l’ensemble de ses salariés, partenaires, clients, fournisseurs et actionnaires ».

Selon les déclarations du directeur général de Nedre Romerike Avløpsselskap (NRA), Thomes Trømborg, au journal norvégien E24, Efacec a été disqualifié parce qu’il ne remplissait plus les conditions de «solidité financière».

«Après des adjudications majeures, le suivi se fait toujours sous la forme d’une assurance qualité, où des informations mises à jour sur le fournisseur sont demandées et évaluées», a déclaré le responsable à E24.

En décembre, la NRA a annoncé son intention de « s’entendre avec la société portugaise Efacec pour construire une usine de biogaz orientée vers l’avenir », située dans la commune de Lillestrøm, à environ 20 kilomètres de la capitale Oslo.

Selon un rapport publié à l’époque dans le journal norvégien E24, l’offre d’Efacec était de 140 et 162 millions de couronnes norvégiennes (environ 13,3 et 15,4 millions d’euros, respectivement) inférieure à celle des concurrents, parmi lesquels Cambi.

Selon la documentation à laquelle Lusa avait accès, Cambi a déposé des plaintes auprès de la NRA et un appel au Conseil norvégien des appels des marchés publics (KOFA), en raison du fait que l’ancien actionnaire majoritaire d’Efacec était la femme d’affaires Isabel dos Santos, et au prix.

Dans la plainte formelle devant le Conseil d’appel des marchés publics (KOFA), la société perdante de l’appel d’offres soutient que «Efacec n’aurait jamais dû être pré-qualifié pour l’offre» en raison de la position d’actionnaire d’Isabel dos Santos et du fait que Mário Leite da Silva, considéré comme le «bras droit» de la femme d’affaires et dont le nom est également impliqué dans les «Luanda Leaks», ayant été président du conseil d’administration de la société.

En réponse à Cambi, l’avocate Marianne Dragsten, qui représente le sous-traitant du projet NRA, a ensuite déclaré qu ‘ »il n’y a pas de base suffisante pour déclencher le droit de rejet d’Efacec en raison d’allégations de corruption contre Isabel dos Santos ».

Cependant, en février, la NRA a finalement annulé le concours.

JE // JNM

Efacec: Le contenu des EMN voit la concurrence annulée en Norvège «avec une grande inquiétude» et attend des éclaircissements apparaît d’abord dans Visão.