L'éditeur Livros Cotovia, qui réunissait, dans son catalogue, des auteurs comme Agostinho da Silva, Frederico Lourenço, Manuel Resende, ainsi que des classiques latins et grecs, fermera «à la fin de l'année», a annoncé aujourd'hui, sur sa page Facebook officielle .

«Cher lecteur, c'est la dernière présence de Cotovia au Salon du livre de Lisbonne. L'éditeur ferme à la fin de l'année », lit-on dans le message publié par l'éditeur, à propos d'une image de son pavillon, dans le Parque Eduardo VII. "A partir de demain (mardi), nous mettrons à disposition des livres épuisés dans notre pavillon de la Foire", ajoute le message.

«Crónicas 1974-2001», de Nuno Brederode dos Santos, et «Bucólicas», de Virgílio, sont parmi les plus récentes et les dernières éditions des livres Cotovia, ainsi que des textes dramatiques de Federico García Lorca, Giovanni Testori et Witold Gombrowicz, inclus dans Collection «Livrinhos do Teatro», réalisée en partenariat avec la société Artistas Unidos.

Livros Cotovia a été fondée en 1988 par André Fernandes Jorge (1945-2016), avec son frère, le poète João Miguel Fernandes Jorge, qui a abandonné le projet éditorial peu après.

En plus de 30 ans, l'éditeur a dépassé les 700 titres, sur 350 auteurs, «tous pertinents», pour «un public de lecture qui sait ce qu'il veut», comme il l'écrit sur son «site», et tous détenteurs de sa propre identité, marquée, pour la plupart, par l'image graphique originale, dessinée par le cinéaste João Botelho.

Les Portugais AM Pires Cabral, Teresa Veiga, Daniel Jonas, Luís Quintais, Paulo José Miranda, Jacinto Lucas Pires, Eduarda Dionísio, Luísa Costa Gomes, sont inclus dans le catalogue Lark, ainsi que l'Angolais Ruy Duarte de Carvalho et les Brésiliens André Sant ' Anna, Bernardo Carvalho, Carlito Azevedo et Marcelo Mirisola, parmi de nombreux autres auteurs lusophones des deux côtés de l'Atlantique.

Martin Amis, Virginia Wolf, Roberto Calasso, Doris Lessing et Natalia Ginzburg font partie des auteurs traduits au fil des ans par le Lark, ainsi que John Milton, Robert Louis Stevenson et Arthur Schnitzler.

«Responsable de l'édition, pour la première fois en portugais, de plusieurs auteurs de renommée internationale, ainsi que de la découverte et de la promotion de certains auteurs rapidement reconnus comme les 'nouveaux' de la littérature portugaise, Cotovia est toujours l'un des rares éditeurs au Portugal publie régulièrement des textes dramatiques (portugais et en traduction) », décrit-il, dans la présentation que Cotovia maintient sur son« site Web ».

Les collections Essay, Fiction, Poetry comprennent des auteurs tels que Paul Celan, Iosif Brodskii, Luis Cernuda, Doris Lessing, Eric Rohmer, Reiner Werner Fassbinder, Thomas Bernhard, Christa Wolf, José Ortega y Gasset, Simone Weill, Victor Aguiar et Silva , João Barrento et Jorge de Sena.

Dans la collection des classiques grecs et latins, Cotovia a publié Homero, Virgílio, Ovídio, Apuleio, Petrónio, Horácio, parmi beaucoup d'autres, faisant que leurs titres atteignent le grand public, les accompagnant également d'études et d'essais.

Après le décès du fondateur, en 2016, la direction éditoriale de Livros Cotovia a été confiée à Fernanda Mira Barros, qui faisait partie de l'équipe depuis plus de 20 ans. Diplômée en langues et littératures anglaises et allemandes, à la Faculté des arts de l'Université de Lisbonne, Mira Barros a été responsable de la création du «  blog '' de Cotovia en 2011.

En février dernier, Cotovia a annoncé la fermeture de son magasin, sur la Rua Nova da Trindade, à Lisbonne, situé dans le bâtiment conçu par Raul Lino, qui a accueilli l'historique Livraria Opinion dans les années 1970, et qui est vide à attend l'octroi de licences d'œuvres.

La fermeture du magasin était alors prévue le 13 mars, quelques jours à peine avant la déclaration de l'état d'urgence, en raison de la pandémie. À l’époque, l’éditeur a transféré la vente de livres sur son «site Web».

Quant à la Foire du livre de Lisbonne, vous pouvez lire dans le message de Livros Cotovia: «Nous sommes (endroit terrible, mais cela ne dépendait pas de nous) ouvrant le couloir plus près de la pelouse centrale, quand le parc descend de l'aile droite».

Le message ajoute que Livraria Flâneur représente l'éditeur, à Porto. Et elle conclut: «Merci à tous nos lecteurs».

Au cours des mois de confinement, le secteur des libraires a été l'un des plus touchés par les mesures de confinement visant à enrayer la propagation du nouveau coronavirus, avec la fermeture de librairies à travers le pays, et la paralysie du marché de l'édition.

Les pertes financières ont atteint 45,9%, soit 1,07 million d'euros, selon le panel de vente Gfk, pour les 4 et 10 mai, le premier après la possibilité de réouverture, prévue dans le plan de déconfinition, a commencé le 1er mai.

MAG (AL / NL) // JPF