Le film du guitariste et fondateur de Xutos e Pontapés, décédé en 2017, est réalisé par Diogo Varela Silva et interprété par Zé Pedro, Henrique Amaro, Helena Santos Reis et Tim.

D'une durée de 110 minutes, il a reçu le prix du public au festival du film «  Doclisboa '' 2019.

Le DIFF, cette année dans la deuxième édition, a été fondé par l'homme d'affaires Michael Smith, créateur de l'organisation Screens Without Borders, et par Lena Lenzen, responsable de la société de production timoraise Pixelasia Productions, basée à Dili, et directrice du festival.

«C'est une célébration du partage de contes, une fenêtre sur le monde et une opportunité pour les habitants de raconter leurs propres histoires», ont déclaré les promoteurs.

Lena Lenzen a déclaré à Lusa que la pandémie de covid-19 limitait la possibilité que des invités internationaux viennent, mais que du fait qu'il n'y a pas de transmission communautaire au Timor-Leste, elle ouvre d'autres possibilités.

«Nous avons de la chance car nous sommes l'un des rares festivals qui pourront être organisés avec une présence physique. Dans le cas des séminaires et des formations, nous parierons sur le virtuel, et nous avons, avec le soutien de l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique, un atelier de démonstration du cinéma américain avec des réalisateurs américains », a-t-il souligné.

«Selon les règles de sécurité sanitaire, nous aurons moins de monde et utiliserons des masques. Et donc aussi, nous avons opté pour plus de présentations de films à l'étranger », a-t-il déclaré.

Avec un programme de dix jours, DIFF a prévu de présenter des films timorais et internationaux dans différentes parties de la capitale timoraise, notamment au Centre culturel portugais, où sera présenté le film sur le guitariste Xutos.

Le festival est divisé en deux parties, avec une section internationale et une compétition nationale de courts métrages, dans le but de contribuer à renforcer l'industrie cinématographique timoraise encore émergente.

Par conséquent, en plus de la présentation de films, DIFF comprend des formations et des séminaires visant à soutenir les jeunes cinéastes est-timorais.

"Les débats, les événements divers et même les soirées autour des présentations des films sont des catalyseurs de dialogue et d'échange d'expériences", a-t-il souligné.

Au total, il y a 66 films de 28 pays, dont 23 de l'UE, auxquels s'ajoutent 12 courts métrages nationaux, sous le thème «S'adapter au changement», les prix étant remis le 10 octobre.

«Le nombre de films locaux en compétition a doublé par rapport à l'année dernière et nous avons constaté une nette amélioration de la qualité. Les arguments sont très bons et le travail sur la caméra, l'éclairage et le son a connu de grandes améliorations », a déclaré Lenzen.

«Les gens ont appris des expériences précédentes et certains groupes ont uni leurs forces pour renforcer les projets et cela contribue également à renforcer cette idée de communauté», a-t-il souligné.

Parmi les événements prévus, un partenariat avec la Délégation de l'UE au Timor-Leste, le principal partenaire du DIFF, sous le thème Changement climatique, avec la participation des organisations locales et des débats sur le sujet.

L'un des temps forts de ce volet est la présentation du film norvégien «Newtopia».

Il y aura également une section diversité avec la communauté LGBTI timoraise, avec des documentaires du Brésil et de France, des débats et une exposition.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) soutient la journée @DIFF, au cours de laquelle les jeunes découvriront le pouvoir du marketing sur les réseaux sociaux, avec la présentation du documentaire australien «Coffee Heroes», qui suit le chemin d'un barista polonais jusqu'à devenir champion du monde barista.

L'Ambassade d'Australie présentera la comédie «Top End Wedding», en début et doublée en tétum, l'Ambassade d'Allemagne apportera le film «Cherry Blossoms and Demons» et l'Ambassade du Japon fera connaître la cuisine japonaise avec «Samurai Love Récit ".

ASP // EJ

Le contenu documentaire sur Zé Pedro dos Xutos e Pontapés au Festival international du film de Dili apparaît d'abord à Visão.