Le documentaire « 918 Nights », du réalisateur basque Arantza Santesteban, qui traite de son séjour en prison, pour son lien présumé avec l’ETA, a remporté le Grand Prix de la ville de Lisbonne du meilleur film en compétition internationale au festival DocLisboa, a annoncé aujourd’hui .

Dans la compétition nationale, le prix du meilleur film est allé à « Distopia », de Tiago Afonso, tandis que la coproduction luso-brésilienne « Meio Ano-Luz », de Leonardo Mouramateus, a remporté le prix du jury de cette édition de DocLisboa. .

« Dystopia » dénonce « non seulement la gentrification qui transforme la ville », mais aussi « la gentrification des esprits, des images et de la forme du cinéma », à travers « la lutte d’une communauté pour ses droits », a souligné le jury. Le film suit, pendant 13 ans, de 2007 à 2020, l’évolution du tissu social de la ville de Porto, les démolitions, les expulsions et les réinstallations qui affectent la communauté gitane de Bacelo, la population du Bairro do Aleixo et les vendeurs de Feira da Vandome.

« Meio Ano-Luz » est situé dans un coin du quartier historique de Lisbonne, sur l’illustrateur qui s’y trouve et sur les passants.

Le prix du jury du concours international a été décerné à « The Safest Place in the World », par Aline Lata et Helena Wolfenson, avec une mention honorable à « Public Library », par Clément Abbey

« Alcindo », de l’anthropologue Miguel Dores sur le racisme au Portugal, basé sur l’histoire du meurtre d’Alcindo Monteiro, un Portugais d’origine capverdienne, victime de la haine raciale, en 1995, a été le film distingué par le Prix du public.

Le Breakthrough Award du meilleur premier long métrage a été décerné à « You Are Ceausescu to Me », de Sebastian Mihailescu. Une mention honorable a été décernée à « The Spark »/« L’Étincelle », de Valeria Mazzucchi et Antoine Harari.

La production brésilienne « Gargaú », de Bruno Ribeiro, a reçu le prix du meilleur court métrage, avec une mention honorable pour « Avenuers » (ep. 3), de Roberto Santaguida.

Le Prix Pratique, Tradition et Héritage a été décerné à la production brésilienne « Nuhu Yãg Mu Yõg Hãm : Cette terre est à nous ! », d’Isael Maxakali, Sueli Maxakali, Carolina Canguçu et Roberto Romero, une histoire de l’occupation et de l’extermination des peuples autochtones.

Le prix Fernando Lopes – Midas Films et le prix Doclisboa du meilleur premier film portugais ont été décernés à « Sounds of Weariness/Léssivés », de Taymour Boulos, un film expérimental.

Pedro Figueiredo Neto et Ricardo Falcão ont reçu le prix Safe and Healthy Workplaces, avec « Yoon ».

Dans le Concours Verdes Anos, « Tardo Agosto » de Federico Cammarata et Filippo Foscarini a été décerné, et le Prix Spécial du Jury a été décerné à « A cambio de tu vida », d’Olatz Ovejero, Clara López, Aurora Báez et Sebastián Ramírez, tandis que « Meia -Luz », de Maria Patrão, a remporté le prix du meilleur film portugais – une œuvre inspirée des images de « Jaime », d’António Reis. Une mention honorable a également été décernée, au concours Verdes Anos, à « Fora da Bouça », de Mário Veloso.

Les prix Arché pour les projets en cours d’édition distingués « Bajo las banderas, el sol », de Juan José Pereira, et « Handycam », de Francisco Bouzas (prix du jury).

En phase d’écriture ou de développement, « BEA VII » de Natalia Garayalde et « As Mulheres do Pau-Brasil » de Thais de Almeida Prado ont été retenus. Il y avait aussi une mention spéciale pour « Orlando Furioso » de Rafael Ramirez.

Le festival DocLisboa, qui a débuté le 21, est revenu cette année au format cinéma, avec plus de deux cents films.

« Famille FC », d’André Valentim Almeida, « Kinorama – Au-delà des murs du réel », d’Edgar Pêra, « Eunice ou lettre à une jeune actrice », de Tiago Durão, à propos d’Eunice Muñoz, « Personne n’est laissé pour compte », de Nuno Pires Pereira (donner la place de la préposition au verbe apporter est délibéré), sur l’association União Audiovisual, et « Jamaika », de José Sarmento Matos, sur la vie dans le quartier de la Jamaïque (Setúbal), étaient d’autres Portugais films sélectionnés par festival.

DocLisboa s’achève dimanche avec « L’histoire du crabe royal », créé cette année à Cannes, signé par Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis.

MAG (SS) // JMR

Le contenu « Distopia » de Tiago Afonso et le film espagnol « 918 Nights » remportent le festival DocLisboa, apparaissent en premier à Visão.