Le soutien financier atteindra ainsi toutes les candidatures jugées éligibles par le jury, selon les cartes publiées par la direction générale des arts (DGArtes), se partageant entre elles 492,5 milliers d'euros, «ce qui correspond à des frais 97% du montant disponible »pour le concours.

Avec des candidatures ouvertes du 01 au 16 octobre de cette année, 130 projets ont été admis au concours, contre 45 candidatures admises l'année dernière, et le soutien a atteint 84 entités de plus qu'en 2019, indique le communiqué de la DGArtes. "Le montant disponible pour ce programme a augmenté de 166% par rapport à l'année précédente".

«Concernant le montant à allouer par candidature, cela correspond au montant demandé par l'entité, compris entre 500 et 5 000 euros», ajoute-t-il.

Les projets soutenus sont répartis en arts du spectacle (70%), suivis du croisement disciplinaire (17%) et des arts visuels (13%).

Par pôle artistique, la distribution couvre 38 projets musicaux, 26 théâtres, 20 croisements disciplinaires, 13 danse, six arts plastiques, trois photographies, trois cirques contemporains et arts de la rue, trois architecturaux, deux nouveaux médias et un design.

Les projets dans les domaines de la musique et du théâtre représentent 56% du total des projets financés.

Ces projets "seront développés sur le territoire national et international, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2021", les projets hors du pays se limitant à "la participation à des actions de formation, des conférences ou des événements similaires", lire dans le communiqué de la DGArtes.

La ligne de soutien a pour principaux objectifs "de contribuer à la diversité de l'offre artistique sur le territoire national, de valoriser et de qualifier les professionnels des arts et d'encourager la recherche et l'expérimentation artistiques, en tant que pratiques innovantes de développement et de connaissance".

Comme les autres concours de la DGArtes, cette année, la publication des résultats est accompagnée d'une commande du directeur général des Arts, Américo Rodrigues, qui se passe de la phase «audience des intéressés», mais sans remettre en cause «les droits des défense »des candidats,« par des moyens de contestation, tels que la plainte ou l'appel hiérarchique ».

L'exemption de «l'audition des parties intéressées» est étayée par plusieurs arguments, parmi lesquels la possibilité de créer des retards dans l'octroi du financement, créant ainsi l'État lui-même «des conditions pour que les entités entrent en défaut (…), avec des répercussions claires sur la pérennité du secteur artistique, déjà très fragile en raison du contexte pandémique ».

Le directeur général des Arts rappelle également que ce concours a pour but «d'encourager le développement de projets artistiques ponctuels ou intermittents», «le soutien de l'Etat aux entités bénéficiaires» pouvant développer leurs activités.

MAG // JLS

Contenu DGArtes: Le soutien dans les domaines de la circulation, de la formation et de la recherche atteint 115 projets apparaît d'abord dans Visão.