Les patients angolais avec un conseil médical à Lisbonne, logés dans deux pensions, ont déjà commencé à recevoir deux repas par jour, après qu'une partie de la dette que l'Angola doit au propriétaire depuis trois ans, a été annoncée aujourd'hui.

Selon le président de l'Association des patients angolais du Portugal, Gabriel Chimuco, les repas ont commencé à être mis à disposition mardi.

Gabriel Chimuco, qui a parlé à la radio publique angolaise, comprend que le paiement d'une partie de la dette est lié à la forte pression exercée auprès des autorités.

«Notamment parce que nous avions déjà envoyé plusieurs lettres à l'ambassadeur, Carlos Fonseca, dont nous n'avions jamais reçu de réponse. Les patients hébergés dans des pensions, que ce soit à la Pensão Alvalade et à la Pensão Luanda, sont privés de petit-déjeuner, de déjeuner et de dîner depuis plus de 30 jours », a-t-il déclaré.

Le président de l'association a souligné que «le propriétaire des retraites a décidé de suspendre l'attribution des repas aux patients, car le secteur de la santé doit plus de trois ans, mais depuis mardi, les patients prennent déjà le petit déjeuner et le déjeuner».

Concernant les patients qui ne restent pas en pension, Gabriel Chimuco a déclaré que depuis 11 mois ils n'avaient pas reçu une indemnité journalière de sept euros, mais qu'aujourd'hui ils ont déjà reçu le montant d'un mois.

«Ils sont malades avec un régime alimentaire spécifique et que le secteur leur accorde une subvention de sept euros par jour, et ces personnes mangent leurs propres repas. Même aujourd'hui, ils ont commencé à recevoir une seule subvention en retard, mais nous parlons de 11 mois de subventions et un seul mois de subvention est rétabli », a-t-il déclaré.

Selon la radio publique angolaise, le ministre de la Santé, Teté António, a limogé le chef du secteur de la santé de l'ambassade angolaise au Portugal, Rosa de Almeida, et a nommé l'ancien président de l'Association médicale angolaise, João Bastos dos Santos.

Pour Gabriel Chimuco, la question du conseil angolais de la santé «est très sérieuse», arguant que «tant qu'elle n'est pas définie, elle n'est pas paraphée dans le budget général de l'État, il sera très difficile pour tout gestionnaire de gérer le secteur de la santé de la diaspora, du Portugal et Afrique du Sud".

"C'est très difficile. On parle de très grosses dettes, allant de trois millions à cinq millions, on parle de dettes auprès des hôpitaux, à savoir la Croix-Rouge, l'hôpital de Champalimaud, des dettes auprès des pharmacies, auprès des patients », at-il souligné.

Lundi, trois douzaines de patients angolais en traitement au Portugal se sont plaints de mourir de faim en raison de retards de prise en charge, ce qui a conduit le propriétaire des pensions où ils séjournent à couper le seul repas qu'ils ont reçu, exigeant des explications de l'ambassade.

NME // LFS

Le contenu que les patients angolais au Portugal ont déjà commencé à recevoir des repas apparaît en premier à Visão.