Selon le rapport de l'AFP, à Jérusalem ce soir, il y avait deux types de citoyens dans les rues: ceux qui pratiquaient l'athlétisme et ceux qui manifestaient devant la résidence officielle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Au son des tambours en plastique et des trompettes, des milliers d'Israéliens se sont réunis pour critiquer la gestion économique et sanitaire face à la pandémie de covid-19, mais aussi pour dénoncer la corruption et appeler à un changement de gouvernement.

Les manifestants ont également dénoncé la violence contre les Palestiniens, selon un journaliste de l'AFP sur les lieux.

Face à l'augmentation des cas, le Gouvernement a imposé la semaine dernière une «reconfiguration» d '«au moins trois semaines», renforcée vendredi par la fermeture des synagogues, à l'exception des célébrations du Yom Kippour (Jour des Expiations, célébré dimanche la nuit et le lundi).

Le Premier ministre a également cherché à limiter les manifestations antigouvernementales, qui ont lieu chaque week-end depuis juillet, devant la résidence du gouvernement, déterminant des groupes de 20 personnes qui ne pourraient se rencontrer à plus d'un kilomètre de chez eux.

Cette mesure n'a pas été approuvée par le parlement, certains députés faisant valoir que la lutte contre la pandémie ne peut se faire au détriment des limitations des droits démocratiques.

La police a autorisé la manifestation, mais a demandé aux participants de maintenir une distance de deux mètres entre eux et de porter un masque, des mesures largement respectées, selon le journaliste de l'AFP.

«Je suis venu ici parce qu'ils ont essayé de faire taire les manifestations. Les gens d'ici sont le seul espoir d'un Israël libre et démocratique », a déclaré Adi, 48 ans, qui a voyagé depuis Tel Aviv, à environ 70 kilomètres de Jérusalem.

Shoshanna, 34 ans, était heureuse de voir autant de personnes à la manifestation, mais a refusé d'être une victoire.

"Le gouvernement a tout fermé sans apporter d'aide financière", a-t-il dit, avec l'espoir que la manifestation sera "plus organisée" pour provoquer "de réels changements".

Benjamin Netanyahu a critiqué les députés pour avoir rejeté les restrictions aux manifestations.

"La décision populiste du parlement d'annuler les restrictions que le gouvernement a imposées après l'augmentation des cas d'infections est totalement erronée", a-t-il souligné, à travers une vidéo publiée sur Internet.

Des milliers de manifestants se sont également rassemblés via des plateformes «en ligne» ce soir en guise de protestation contre le Premier ministre sans quitter son domicile.

DYMC // TDI