Depuis le début de l'été, des milliers d'Israéliens sont descendus dans la rue, appelant à la démission de Netanyahu, protestant contre la manière dont il a géré la crise du coronavirus dans le pays et exigeant sa suspension alors qu'il est jugé pour corruption.

Les travailleurs indépendants dont les entreprises ont été touchées par la crise économique ont également rejoint la marche aujourd'hui.

Bien que Netanyahu ait essayé de minimiser les manifestations, les manifestations ne semblent que se renforcer.

Aujourd'hui à Jérusalem, les manifestants ont hissé des drapeaux israéliens, ont sonné des cornes et scandé des slogans contre Netanyahu.

«Ministre du Crime» et «Balfour est entre nos mains», en référence à la rue où vit Netanyahu, étaient certains des messages présents dans les banderoles et les affiches affichées par les manifestants.

Netanyahu est accusé de corruption et le gouvernement de coalition du pays est critiqué pour "ne pas reconnaître la souffrance des citoyens".

Environ 1000 personnes ont également manifesté à un carrefour près de la maison de plage de Netanyahu dans la ville côtière de Césaria.

Les manifestations ont été accompagnées d'une forte présence policière, mais aucun cas de violence n'a été signalé lors des manifestations, qui se sont déroulées de manière ordonnée.

Les manifestations contre Netanyahu sont les plus grandes manifestations en Israël depuis 2011, lorsque les Israéliens sont descendus dans la rue pour protester contre le coût élevé de la vie dans le pays.

Après avoir agi rapidement pour contenir le virus au printemps, beaucoup pensent qu'Israël a rouvert son économie trop rapidement, ce qui a entraîné de nouvelles flambées de la maladie, le pays atteignant maintenant des niveaux records d'infections avec le nouveau coronavirus, alors que le chômage a augmenté. 20%.

Beaucoup de manifestants, y compris de jeunes Israéliens au chômage, accusent Netanyahu de mal gérer la crise des coronavirus.

Netanyahu a catalogué les manifestants comme «de gauche» et «anarchiste», les accusant d'incitation à la violence contre son gouvernement.

Il a également accusé les médias locaux d'encourager les manifestations en leur accordant une large couverture médiatique.

Le fils de Netanyahu, Yair, a provoqué la controverse cette semaine lorsqu'il a décrit les manifestants comme des "extraterrestres", ce qui a conduit au fait qu'aujourd'hui de nombreux participants aux manifestations sont apparus habillés en extraterrestres.

Bien que les manifestations aient été globalement pacifiques, il y a eu quelques flambées de violence au cours des semaines.

Certains manifestants se sont affrontés avec la police, les accusant de recourir à une force excessive, tandis que de petits groupes de partisans de Netanyahu affiliés à un groupe d'extrême droite ont attaqué les manifestants.

Les manifestations, qui ont lieu plusieurs fois par semaine à travers le pays, sont organisées par un réseau de groupes de militants sans lien politique.

Certains s'opposent à ce que Netanyahu reste au pouvoir pendant son procès pour fraude, abus de confiance et pots-de-vin.

CFF // TDI

Le contenu Des milliers de manifestants retournent dans les rues de Jérusalem contre Netanyahu apparaît d'abord dans Vision.