Ricardo Baptista Leite, député et vice-président du banc parlementaire du PSD, qui affronte Basílio Horta dans la course à la municipalité de Sintra, a écrit une lettre ouverte au président de la municipalité – qui est un nouveau candidat – pour se plaindre de la façon dont beaucoup reste à faire dans la commune.

« Je vous écris cette lettre ouverte après avoir passé des mois à écouter Sintra. Visite d’associations et d’entreprises, échange avec des milliers de personnes dans la rue sur leurs préoccupations et leurs préoccupations. Ce furent des mois difficiles, au cours desquels je rencontrais quotidiennement des situations très graves qui nécessitent une intervention municipale rapide et affirmée », écrit le social-démocrate.

« Je dois vous dire que j’ai été déçu par vos mandats. Partout où j’allais, grâce à tous les témoignages que j’ai recueillis, j’ai réalisé qu’il aurait été possible de faire beaucoup plus », raconte Baptista Leite, qui était déjà vice-président et conseiller municipal dans la commune voisine de Cascais.

« En tant que député, mais surtout en tant que médecin et ayant travaillé à l’hôpital Amadora-Sintra, j’ai une vision très claire du potentiel des habitants de Sintra, de leurs aspirations et de leurs peurs, mais aussi de tout ce que le conseil municipal pourrait ont fait et n’ont pas fait ».

Le candidat du PSD énumère ensuite, sous forme de questions, ce qu’il considère être les points sensibles de ce qui reste à faire dans la commune, ceux qui « sont urgents et méritaient d’avoir eu une réponse : Pourquoi y a-t-il plus de 100 000 personnes en Sintra sans médecin de famille ?; pourquoi les personnes âgées de Sintra ont-elles peur de sortir la nuit ? ; pourquoi à Sintra les gens ont-ils peur de prendre le train la nuit ?; pourquoi la vidéosurveillance à Sintra n’a-t-elle pas progressé, comme l’ont fait Coimbra, Lisbonne et même Amadora ? pourquoi les entreprises locales se sentent abandonnées par la Chambre de Sintra ? ; pourquoi Sintra est-elle la 4ème commune du pays avec le plus de chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur ? ; pourquoi le ramassage des ordures à Sintra est-il si mauvais ? Oeiras et Cascais ont déjà résolu ce problème ; Comment se fait-il qu’à Sintra, par rapport à la population d’âge scolaire, le nombre d’élèves inscrits dans l’enseignement préscolaire, de base et secondaire soit le 2e plus bas de la région de Lisbonne ?

Ricardo Baptista Leite termine la missive par un défi à Basílio Horta : « un débat avec moi, avec les habitants de Sintra, le 30 juillet ». En plus de la date, le social-démocrate fixe le lieu et l’heure : « Je serai présent sur l’Avenida Miguel Bombarda, à l’entrée de la gare de Queluz-Belas, à 22 heures. Tu relèves le défi? » Préférablement pas.