1-1-e1669908198824-png
Table des matières

Covid-19: un médecin lauréat d'un prix Nobel dénonce les lacunes de la lutte contre la pandémie en RDC

"Nous sommes (…) au début d'une courbe épidémiologique exponentielle et nous ne pouvons plus maintenir une seule stratégie de prévention", a expliqué, dans un communiqué cité par l'agence AFP, Denis Mukwege, lauréat du prix Nobel de la paix 2018 pour son travail de soutien aux femmes victimes de violences sexuelles en République démocratique du Congo.

Denis Mukwege a également déclaré avoir pris la décision de démissionner pour se consacrer "entièrement" à des responsabilités médicales et pour traiter le flux de patients à l'hôpital de Panzi, qu'il a fondé à Bukavu, capitale du Sud-Kivu.

Le gouverneur du Sud-Kivu avait nommé le 30 mars le médecin, surnommé «  l'homme qui guérit les femmes '', président et vice-président de deux organes officiels créés pour organiser la réponse à covid-19 dans cette région. .

Le gynécologue lauréat du prix Nobel a regretté le manque de tests dans cette région et le non-respect des mesures préventives.

"Il faut plus de deux semaines pour recevoir les résultats des prélèvements envoyés à (…) Kinshasa", a-t-il abattu, expliquant que cela représente "un grand inconvénient" pour la stratégie basée sur "tester, identifier, isoler et traiter".

Denis Mukwege a également souligné plusieurs problèmes qui ont abouti à la «réduction de l'efficacité de la stratégie», comme le non-respect par la population des mesures préventives, le déni de la réalité, l'impossibilité d'imposer des mesures et la fragilité des frontières, avec le retour massif des milliers de Congolais des pays voisins sans avoir à mettre en quarantaine.

Depuis le 10 mars, la République démocratique du Congo a enregistré, selon les chiffres officiellement publiés, 4 390 cas de personnes infectées par le nouveau coronavirus, avec 3 980 à Kinshasa et 89 au Sud-Kivu, et un total de 96 décès.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 411 000 morts et infecté plus de 7,2 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon le bilan de l'agence française AFP.

En Afrique, il y a 5 530 décès confirmés et plus de 203 000 infectés dans 54 pays, selon les statistiques les plus récentes sur la pandémie sur ce continent.

Parmi les pays africains qui ont le portugais comme langue officielle, la Guinée-Bissau est en tête du nombre d'infections (1 389 cas et 12 décès), suivie par la Guinée équatoriale (1 306 cas et 12 décès), le Cap-Vert (615 cas et 5 décès) , São Tomé et Príncipe (611 cas et 12 morts), le Mozambique (472 cas et deux morts) et l'Angola (96 infectés et quatre tués).

Le Brésil est le pays lusophone le plus touché par la pandémie et l'un des plus durement touchés au monde, en comptant le deuxième nombre de personnes infectées (près de 740 000, derrière les États-Unis) et le tiers des décès (37 406, après les États-Unis et le Royaume-Uni) ).

DYMC // JPS

Articles récents