La présidente exécutive de Transavia, Nathalie Stubler, a annoncé aujourd'hui l'ouverture de nouvelles liaisons aériennes de Montpellier, France, à Faro et Porto, de début juillet à fin août.

La responsable de la compagnie aérienne a annoncé l'ouverture de nouvelles liaisons vers le Portugal, qu'elle considérait comme un «marché clé» pour la compagnie, lors d'une cérémonie à l'aéroport de Lisbonne, pour marquer l'arrivée des premiers passagers nantais, après la réouverture Itinéraires Transavia.

Ainsi, entre début juillet et fin août, la compagnie opérera deux vols hebdomadaires vers Faro, deux vers Porto et trois vers Lisbonne.

Jusqu'au 26 juin, le Portugal sera le seul marché où Transavia volera.

À la même occasion, la secrétaire d'État au Tourisme, Rita Marques, le président de Turismo de Portugal, Luís Araújo, le président exécutif de Vinci Concessions, Nicolas Notebaert, l'ambassadeur de France au Portugal, Florence Mangin, et le président étaient également présents. exécutif d'ANA Aeroportos, Thierry Ligonnière.

La cérémonie a également servi à officialiser l'attribution du sceau «Clean & Safe», par Turismo de Portugal, aux aéroports nationaux.

Selon Luís Araújo, le sceau transmet la «confiance» aux touristes qui ont l'intention de visiter le pays.

À son tour, le secrétaire d'État au Tourisme a souligné que, malgré l'arrêt du tourisme, les derniers mois étaient en préparation de la reprise.

«Il est vrai que le tourisme a cessé, mais nous n'avons jamais cessé de travailler pour et pour notre tourisme. (…) Nous nous sommes préparés durant ces mois à accueillir tous ceux qui nous recherchent », a expliqué le ministre.

Le 5 juin, le Premier ministre, António Costa, a annoncé la réactivation des routes aériennes dans les aéroports portugais le 15 juin.

Les mesures de lutte contre la pandémie ont paralysé des secteurs entiers de l'économie mondiale et ont conduit le Fonds monétaire international (FMI) à faire des prévisions sans précédent depuis près de 75 ans: l'économie mondiale pourrait chuter de 3% en 2020, entraînée par une contraction de 5,9 aux États-Unis, 7,5% dans la zone euro et 5,2% au Japon.

Au Portugal, le gouvernement prévoit une baisse de l'économie de 6,9% en 2020 et une croissance de 4,3% en 2021.

Le taux de chômage devrait augmenter à 9,6% cette année et tomber à 8,7% en 2021.

Du fait de la forte récession, le déficit budgétaire devrait atteindre 6,3% du produit intérieur brut (PIB) en 2020 et la dette publique à 134,4%.

MPE // AJO